RETOUR

Réunion du Conseil d’Ecole

Mardi 17 mars 2015 - 18h

Ecole Jean-Jaurès

1, place Jules-Ferry

69300 Caluire-et-Cuire

 

Tél. : 04 78 29 58 58 JeanJaurès@pplication

 

M. Barbe remercie tous les participants de leur présence, en particulier M. Roule (adjoint au Maire de Caluire – Affaires Culturelles), et excuse l’absence de M. Cuzin, Délégué Départemental de l’Education Nationale de Caluire, de M. le Maire de Caluire et de Mme Ritter, Inspectrice de l’Education Nationale de la Circonscription « Caluire-Lyon 4 ».

Représentants élus des Parents d’élèves : FCPE : Présents (3) : Gilles Monnier, Marie Poncet-Jeanne, Caroline Rotta-Bori ; Excusée : Valérie Ciancia ; PEEP : Présents (7) : Catherine Reclus, Fabienne Quargnolo, Xavier Jorioz, Emmanuelle Haour, Sandrine Gavoille, Maud Chalain, Claire Brouty. Excusés : Armelle Tchikladzé, Carole Boudy, Thierry Lanen.

Instituteurs présents : Mmes Géli, Goulier, Bolénor, Laplace, Perrou, Thiercelin; Melles Giroudon, Gallay, Ducrocq; MM. Cavagna, Vigne (11). Absents excusés : Mmes Rivoire, Prévot (présentes dans une autre réunion professionnelle), Mme Poncet (3/4 temps), Mme Parra (¼ temps).

Autres invités présents : M. Letemple (Rased), Mme Verne (Intervenant municipal en Musique).

Total des présents : 25 dont 23 titulaires.

 

Interventions du Rased (Réseau d’Aides Spécialisés aux Elèves en Difficulté : Psychologue et Regroupement d’Adaptation) / Question PEEP

M. Letemple, Instituteur spécialisé, présente le Rased.

Le Réseau d’Aides Spécialisés aux Elèves en Difficulté comprend 3 personnes spécialisées : un Psychologue, un Instituteur qui apporte une aide spécialisée aux élèves ayant des difficultés de comportement et un Instituteur qui apporte une aide spécialisée aux élèves ayant des difficultés dans les apprentissages (aide apportée en temps scolaire, hors de la classe, par groupe de 5 ou 6 élèves). Les parents des enfants concernés sont informés des interventions ponctuelles de M. Letemple. S’ils refusent que leur enfant bénéficie de son aide (ce qui n’arrive jamais), M. Letemple n’intervient pas.

Mme Plouzeau (Psychologue scolaire) peut être contactée téléphoniquement par les parents d’élèves, directement et confidentiellement, au  04 78 29 42 18. La Psychologue n’intervient jamais auprès d’un enfant, sans l’accord préalable de ses parents.

Les écoles publiques de Caluire et de Lyon 4 bénéficient de 2 Psychologues et de 5 Instituteurs spécialisés (2 pour les difficultés de comportement et 3 pour les difficultés d’apprentissage). Le Rhône est mieux loti en personnels spécialisés que beaucoup d’autres départements. Jean-Jaurès primaire héberge administrativement une Psychologue (Mme Plouzeau) et un Instituteur spécialisé (M. Letemple).

En début d’année scolaire, les écoles signalent leurs élèves en difficultés (environ 40/45 chaque année en primaire Jean-Jaurès + les signalements en maternelle). Les membres du Rased décident ensuite, sous l’autorité de l’Inspectrice de la Circonscription et en fonction des moyens humains disponibles, quelles écoles bénéficieront des interventions des membres du Rased et pour quelle durée. M. Letemple intervient, en 2014-2015, 2 ½ journées ½ par semaine au bénéfice des élèves du groupe scolaire Jean-Jaurès (maternelle + primaire), qui ne bénéficie par ailleurs d’aucune aide spécialisée en direction des élèves ayant des problèmes de comportement.

M. Letemple intervient également à Ampère et Victor-Basch, écoles dans lesquelles il précise que le nombre d’élèves en difficultés est beaucoup plus important qu’à Jean-Jaurès et que, de plus, les difficultés de ces élèves sont beaucoup plus importantes que celles des élèves de Jean-Jaurès (« c’est le jour et la nuit » dit-il).

A Mme Haour (PEEP) qui demande si les Instituteurs sont formés pour s’occuper des élèves en difficultés, M. Barbe et Mme Perrou (CM2) répondent qu’ils ont tous bénéficié d’une formation initiale sur le sujet (connaître les difficultés possibles et les aides qui peuvent être apportées) et que chaque année ils ont la possibilité de demander à bénéficier de formations supplémentaires.
M. Barbe rappelle que la réforme des rythmes scolaires (fonctionnement sur une semaine de 4 jours ½) a eu pour conséquence, entre autres (cf compte rendu de la réunion précédente du Conseil d’école), de supprimer les 60 heures annuelles d’Aide Personnalisée (aide apportée par les Instituteurs à des groupes de 5 ou 6 élèves, hors temps scolaire), créées en même temps que la généralisation de la semaine de 4 jours à la Rentrée 2008 et remplacées à la Rentrée 2014 par des heures d’Activités Pédagogiques Complémentaires, dispensées aussi par les Instituteurs, aussi hors temps scolaire, mais à raison de seulement 36h annuelles et pas uniquement pour de l’aide personnalisée.

Normalisation d’un passage pour piétons (rue de la Gare de Cuire) / Question PEEP

Le passage protégé de la rue de la Gare de Cuire a été repeint (7 mars). Par contre le trottoir n’a pas été  normalisé - pas de bateau sur un côté (ce qui complique beaucoup la vie des mamans avec poussettes et celle des handicapés en fauteuil).

M. Roule (adjoint au Maire) a demandé cinq fois la normalisation auprès de la Métropole, en insistant sur la priorité à accorder à cette demande. Il regrette qu’aucune suite n’ait été donnée à ce jour par la Métropole, qui a seule compétence pour agir en ce domaine.

 

Classes de découverte organisées par l’école en 2014-2015 ? / Question PEEP

Depuis 1996, un Arrêté du Maire publié tous les 2 ans organise la répartition des classes de découverte proposées aux écoles par la Mairie, selon une procédure élaborée par les Directeurs d’école de Caluire en 1996 et validée chaque année par le Maire depuis 1996 : un groupe d’écoles part la 1ère année, un autre la 2ème année.

En 2014-15, ce sont les écoles du Groupe A qui partent. Comme elles n’ont pas pris l’un des séjours que la mairie leur a proposés, ce séjour a été proposé au Groupe B dont fait partie Jean-Jaurès. L’école Jean-Jaurès s’est portée volontaire, comme 2 autres écoles du Groupe B.

L’Arrêté du Maire ordonne très clairement dans son ARTICLE 7 que « Les éventuels séjours restants sont proposés en priorité aux écoles de l’autre groupe ayant obtenu l’année précédente le moins de séjours par rapport à leur nombre de classes » (quelle qu’en soit la raison, sans aucune restriction).

Jean-Jaurès est celle des 3 écoles candidates qui a obtenu l’an dernier le moins de séjours par rapport à son nombre de classes et c’est donc elle qui aurait dû obtenir ce séjour restant, conformément à l’Article 7.

La mairie en a décidé autrement et a attribué le séjour restant à une autre école, en s’appuyant sur une considération restrictive qui ne se trouve pas dans l’Article 7 de l’Arrêté du Maire, à savoir : « sauf si l’école qui a obtenu le moins de séjours par rapport à son nombre de classes avait refusé un séjour », ce qui a été le cas de J. Jaurès en 2013-14.

Les rédacteurs de la procédure avaient envisagé cette possible restriction du principe comptable de l’Article 7, mais l’avait unanimement écartée, afin que la procédure reste une stricte formule mathématique, de son premier à son dernier article, selon la ferme volonté exprimée par tous les Directeurs d’école en 1996.

M. Barbe admet tout à fait qu’une procédure puisse être modifiée si elle ne convient plus à tous les partenaires (pourquoi ne pas y introduire par exemple, sous réserve de l’accord de tous les parents d’élèves, une dose officielle de discrimination positive en faveur de telle ou telle école ?). Mais, en attendant, il se demande comment il est possible d’exiger des enfants le respect des règles, si les adultes ne respectent pas eux-mêmes des règles en vigueur qui influent directement sur la vie de ces mêmes enfants.

Le Conseil d’école unanime déplore qu’une fois de plus l’Arrêté du Maire ne soit pas respecté par la mairie (et pour la 3ème fois au préjudice de Jean-Jaurès : 1ère fois en 2007/08, 2ème fois l’an dernier en 2013/14 et 3ème fois cette année en 2014/15).

 

Classes de découverte organisées par l’école en 2015-2016 ? / Question PEEP

Le 9ème Arrêté du Maire en date du 16 février 2012 organisait les départs des écoles du Groupe A en 2012-13 et des écoles du Groupe B (dont Jean-Jaurès) en 2013-14.

Le 10ème Arrêté devrait donc organiser les années 2014-15 et 2015-16.

Pourtant, le 10ème Arrêté du Maire en date du 25 avril 2014 organise les années 2013-14 et 2014-15, alors que l’année 2013-14 est terminée et était déjà organisée par le précédent Arrêté…

Actuellement donc, aucune école du Groupe B (dont Jean-Jaurès) n’est programmée et budgétée pour partir en 2015-16.

 

M. Roule (adjoint au Maire) admet qu’il y a bien quelque chose d’anormal mais avoue ne pas connaître le dossier. Il précise néanmoins que ce sera bien au tour des écoles du Groupe B (dont fait partie Jean-Jaurès) de partir en 2015-2016, mais que les séjours proposés n’auront pas le même contenu que ceux proposés aux écoles du Groupe A qui partent en 2014-2015.

Le Conseil d’école unanime déplore ce changement de règle en cours de partie, au détriment des écoles du Groupe B (Albrecht, Ampère, Curie, Jean-Jaurès et Verne), qui ne bénéficieront pas des mêmes séjours que ceux dont bénéficient cette année les écoles du Groupe A (séjours moins nombreux ? moins chers ? moins longs ?).

 

Agents de sécurité aux abords de l’école / Question FCPE : Au nom des Représentants FCPE, M. Monnier (FCPE) souligne la qualité des agents de sécurité qui interviennent aux abords de l’école, l’efficacité de leur remplacement lorsqu’ils sont absents et en remercie la mairie. Les Représentants PEEP, le Directeur et les Enseignants approuvent cette intervention de M. Monnier. A la suite de Mme Poncet-Jeanne (FCPE), les Représentants FCPE et PEEP estiment que leur présence est plus souhaitable à 18h qu’à 16h, si un choix doit être fait.

Plan Vigipirate : Le Plan Vigiprate impose un contrôle strict des accès à l’école. Dans les écoles maternelles, les membres du  personnel municipal (ATSEM) participent à ce contrôle. Dans les écoles élémentaires, ce sont les Instituteurs qui effectuent ce contrôle, sans aucune participation du personnel municipal (agents d’entretien, gardien). La fermeture à clef de toutes les portes d’accès à l’école est bien sûr maintenue. L’accès à l’école est strictement limité, en dehors des heures d’entrée et de sortie des élèves. Il est demandé à tous, Instituteurs, personnel municipal et parents, de faire preuve de vigilance, dans l’école et aux abords de l’école, et de signaler tout fait et tout objet suspect, et toute personne dont le comportement ou la présence semble anormal. 

 

Demandes de l’école : travaux et mobiliers

Pour la première fois depuis vingt ans, les demandes de mobiliers et de travaux n’ont pas été recensées par la mairie auprès des écoles. Chaque année, jusqu’alors, un responsable des services techniques faisait en octobre le tour de l’école avec le Directeur, qui lui commentait les demandes de l’école transmises sur un imprimé municipal, dans un ordre prioritaire choisie par l’école. La Mairie indiquait ensuite au Directeur ce qui pourrait être réalisé et un bilan était fait lors de la réunion du 2ème Conseil d’école.

M. Roule, adjoint au Maire, précise que la mairie posera la question aux écoles une fois que le budget sera voté et non avant comme les années précédentes, mais prévient que des économies devront être faites pour compenser la baisse importante des dotations de l'état (prélèvements opérés sur le budget de l'État et distribués aux collectivités territoriales). sans augmenter les impôts.

 

M. Barbe fait part des demandes prioritaires de l’école, volontairement limitées par civisme depuis plusieurs années (les Instituteurs ont fait une sélection parmi les nombreux besoins exprimés pour chaque classe) :

Priorité 1 : Connexion à Internet de toutes les salles de classe (les parents d’élèves s’engageant à accompagner l’effort de la municipalité).

Priorité 2 : Isolation phonique et peinture de la montée d’escaliers M4 (travaux demandés chaque année depuis 13 ans).

 

Mme Goulier (CE2) estime que le matériel informatique des écoles publiques de Caluire est indigent. En tant que Maître formateur auprès de l'Ecole Supérieure du Professorat et de l'Education, elle dit avoir constaté lors des visites qu'elle effectue régulièrement dans les classes de Professeurs stagiaires exerçant dans le Rhône, que de très nombreuses communes du département ont équipé chacune de leurs classes d'une connexion Internet reliée à des matériels numériques. Elle souligne le fait que des technologies informatiques installées au plus près des élèves permettent de faire évoluer les pratiques pédagogiques et d'améliorer les performances scolaires des enfants.

M. Barbe dit avoir constaté lui aussi le retard pris par rapport aux communes voisines (Information hors Conseil d'école : A Lyon toutes les classes de toutes les écoles publiques sont déjà équipées (70% environ) ou vont l'être dans les 2 ans qui viennent (30 %) d'une connexion Internet, d'un vidéo-projecteur, d'un ordinateur fixe et d'un tableau numérique.).

 

Informations hors Conseil d’école : 1) Le gardien de l’école est en congé de maladie depuis le 7 janvier 2015 ; le Centre technique municipal essaie de le remplacer de son mieux et répond en général très vite aux demandes du Directeur, qui en remercie son très efficace Responsable, M. Picard. 2) Les agents d’entretien n’étant plus présents sur toute la durée du temps scolaire depuis la Rentrée 2014, il est urgent que chaque classe soit équipée de matériels et produits en cas d’incidents (vomi-caca-pipi) : seau, sciure…

 

Elèves en retard : Le nombre de retards a très fortement diminué, ce dont M. Barbe remercie les parents. Le système du « Billet de Retard », qui a fait ses preuves, est maintenu.

Précisions : Le personnel municipal (agents de sécurité ou d’entretien) n’est pas autorisé par la mairie à gérer les élèves en retard. Les Enseignants sont dans leur classe et ne sont donc pas disponibles. Le Directeur répond à l’interphone quand il est disponible (priorité aux élèves arrivés à l’heure). Tous les élèves en retard sont accueillis (certaines écoles n’accueillent aucun élève en retard, comme le train). Le Directeur garde une trace des retardataires. Certains élèves accumulent les retards.

Sans passage par le bureau du Directeur, les élèves étaient déposés par leur parent à l’entrée de l’école et circulaient dans l’école sans que personne ne sache où ils circulaient dans l’école OU BIEN les élèves étaient accompagnés jusqu’à leur classe par leur parent qui en profitait pour s’entretenir avec l’Instituteur, ce qui le distrayait de ses obligations professionnelles (cf. Règlement intérieur : Article 6).

 

Elèves absents à 8h30 ou 13h45 : Conformément au Règlement intérieur (Articles 7 et 8), les parents doivent prévenir l’école en cas d’absence de leur enfant. A son retour en classe, l’enfant doit présenter un mot des ses parents excusant son absence.

L’école appelle les parents d’un enfant absent, si ceux-ci ne l’ont pas contactée pour l’informer de l’absence. Sont appelés en priorité les parents des enfants à surveiller de près et ceux qui ont demandé qu’on les prévienne, en espérant que l'appel n’arrive pas trop tard.


Sorties d’élèves à 11h30 et 16h : M. Barbe rappelle quelques éléments, en réponse à des parents qui l’ont interrogé :

. Quels sont les temps périscolaires placés sous la seule et unique responsabilité de la Mairie ?

Réponse : - la Garderie de 7h30 à 8h30 - la Cantine de 11h30 à 13h45 - la Garderie de 16h à 18h

. Les sorties de 11h30 et 16h sont les deux moments les plus dangereux de la journée (transfert de responsabilité entre les Instituteurs et les surveillants périscolaires ou entre les Instituteurs et les parents)

. Ils sont encore plus dangereux que les années précédentes, car les acteurs et les interlocuteurs sont plus nombreux et car la continuité entre le temps périscolaire et le temps scolaire n'existe plus.

. Les changements à répétition (inscriptions/désinscriptions auprès de la mairie / cf. Règlement intérieur Annexe C4) et trop de communication perturbent les enfants et les différents acteurs du temps scolaire et du temps périscolaire et augmentent les risques.

. Le Coordinateur municipal actualise les listes jusqu’à 11h29/15h59.

. Les Instituteurs ont l’obligation de confier aux surveillants du périscolaire, qui les attendent, TOUS les enfants qui sont inscrits sur les listes municipales à 11h29 et 15h59.

En conséquence, en accord total avec le Coordinateur des temps périscolaires, afin de limiter au maximum les risques, les Instituteurs limitent au maximum les interlocuteurs et ne prennent donc en compte qu'une seule communication (celle avec la mairie) et suivent la procédure la plus simple possible, c'est à dire :

Cas 1 : Un élève inscrit sur les listes municipales à 11h29/15h59 ne sort pas à 11h30/16h.

Cas 2 : Un élève qui n'est pas inscrit sur les listes municipales à 11h29/15h59 sort à11h30/16h.

A l'expérience, plus cette procédure est respectée à la lettre, par TOUS et TOUS les jours, plus on s'approche du risque Zéro, céder aux exceptions pour quelques uns augmentant par contre les risques pour tous.

 

Cette procédure s'appuie sur l'article suivant du Règlement intérieur de l'école (temps scolaire) diffusé à tous les parents d'élèves : Article 3 : A 11h30 et 16h, les Instituteurs font sortir de l’école les élèves qui ne figurent pas sur les listes municipales recensant les inscrits aux garderies périscolaires, conduisent dans les cours de récréation ceux qui y figurent et les confient aux personnels municipaux. Aucun message oral, téléphonique, numérique ou écrit concernant ces garderies n'est pris en compte par les Instituteurs et le Directeur.

Eventuellement, dans le Cas 2, si l'Instituteur a un doute, l'enfant ne sort pas.

 

Les incidents sont peu nombreux et heureusement, à ce jour, toujours dans le « bon sens » (« parents qui s’inquiètent car l’enfant n’est pas sorti mais enfant en sécurité à l’intérieur » et non « enfant en danger car il est sorti et seul sur la place ou dans la rue, alors qu’il ne devait pas sortir, et personne qui ne s’inquiète »).

Lors de trois incidents récents (mot des parents comportant une erreur, oubli de modification d’une liste par le Coordinateur, doute d’une Institutrice) la procédure ayant été suivie à la lettre, les enfants concernés n'ont jamais été en danger.

Rappel : un enfant qui ne sort pas à 11h30 ou 16h peut être récupéré au portail "Coste", comme indiqué à l'entrée de l'école (affichage porte "Garçons") et précisé dans les réunions de parents et le Règlement intérieur (Annexe C2).

 

Nouvelle organisation des classes d’application depuis la Rentrée 2014 / Question PEEP : M. Barbe confirme que depuis cette année les Instituteurs qui complètent les Maîtres d’application les complètent un mercredi sur 4 et un jour par semaine (obligatoirement le jeudi ou le vendredi) et ne complètent que deux Maîtres d’application au lieu de quatre les années précédentes. En réponse à Mme Haour (PEEP) qui l’interroge, M. Barbe répond que ce n’est pas une décision de l’école mais une décision de l’Inspection Académique.

 
Carnaval 2015 : les mondes marin et sous-marin : Le Carnaval est autorisé par la Préfecture et sera encadré par la Police Municipale.  Mme Verne (Intervenante municipale en Musique) a accepté de préparer les enfants, en partie bénévolement, pour que le Carnaval soit « sonorisé » et non pas seulement « visuel ». La présence de Mme Verne en temps scolaire étant beaucoup moins importante que les années précédentes (suite à la nouvelle organisation municipale des temps périscolaires), l’exploitation musicale du Carnaval, avant, pendant et après (travail sur les rythmes et apprentissages), sera beaucoup moins importante cette année.
Photo de classe : La photo de classe sera prise le mardi 5 mai matin. Les tirages proposés et les tarifs (« imbattables ») seront les mêmes que l’an dernier. Comme l’an dernier également (le bulletin de commande le précisait très clairement), chacun sera totalement libre de commander la pochette entière, ou plus, ou moins, ou rien du tout.
Rentrée scolaire 2015 : L’effectif de l’école en 2014-15 est stable par rapport à celui de l’année 2013-14 et un effectif quasi identique est prévu pour l’année 2015-16, à ce jour (280 élèves).
Agenda du Comité des Fêtes de l’école : dates importantes : Carnaval 13ème édition : Vendredi 20 Mars : Les mondes marin et sous-marin / Vide greniers 9ème édition : Samedi 30 mai matin et après-midi / Fête de l'école 23ème édition : Samedi 27 Juin après-midi.

M. Barbe remercie tous les membres du Conseil et lève la séance à 20h.

8-4-2015 Le Directeur, Président du Conseil d’école, M. Barbe

 

Informations et réponses hors Conseil :

Mme Laplace (CM1) ne travaille plus du tout pour la mairie de Caluire et n’intervient donc plus dans les temps périscolaires, depuis le 15 décembre, date de sa démission. Mmes Laplace (CM1) et Goulier (CM1), approuvées par leurs collègues et M. Barbe, déplorent le propos désobligeant tenu par la mairie sur le contenu de l'activité "Salle des élèves" qu'elles animaient les années précédentes, pendant le temps de cantine (cf. Compte rendu de la réunion des représentants PEEP et FCPE avec la mairie en date du 27-1-2015). Mme Haour (PEEP) pense que le propos n’était pas négatif, mais qu’il a sans douté été mal transcrit et donc mal compris.

M. Barbe décrit le contenu et le fonctionnement de cette action civique conduite par l’école, pilotée en temps scolaire par Mme Géli (CM2) et M. Degrand (CM2), soutenue par les parents et par la mairie et plébiscitée par les élèves. Il précise que, comme les autres activités des anciens temps périscolaires, elle est désormais définitivement abandonnée.

 

M. Barbe rappelle que la nouvelle organisation des temps périscolaires choisie par la Mairie impose que cohabitent désormais dans les locaux de l’école, tous les jours, deux services indépendants, ayant des objectifs et des fonctionnements très différents, voire opposés. Il avoue que les Instituteurs et lui-même, ne sauraient ni faire ni diriger, de près ou de loin, un périscolaire de loisirs et de garderies tel que celui imaginé et mis en place par la mairie dans leur école, en septembre 2014, tous les jours de 7h30 à 8h30, de 11h30 à 13h45, de 16h à 18h et de 11h30 à 12h30 le mercredi. Il souligne que chacun doit bien avoir conscience qu’il n’y a pas de retour possible au temps ancien (ni total, ni, encore moins, partiel), dans lequel le Directeur était le seul Responsable d’une école une et indivisible, le choix  de la municipalité ayant irrémédiablement déconstruit cette organisation, plus logique, selon Mme Rotta-Bori (FCPE) qui la regrette beaucoup (un temps ancien très récent mais déjà « préhistorique » dit M. Barbe).

 

A M. Monnier (FCPE), qui demande si le Coordinateur municipal des temps périscolaires sera présent aux Réunions de parents organisées par les Instituteurs, à la Rentrée de septembre - « 2 minutes seulement » précise Mme Haour (PEEP) - M. Barbe et ses collègues unanimes répondent par la négative, leur temps disponible n’étant pas extensible à l’infini et, surtout, ces Réunions concernant exclusivement les apprentissages fondamentaux du temps scolaire (soit 24 heures par semaine - 5h15 par jour + 3h par mercredi matin -dont ils assument la responsabilité dans ces Réunions, face à tous leurs parents d’élèves).

Ils pensent que les 22 heures par semaine consacrées aux activités périscolaires (5h15 par jour + 1h par mercredi matin qui ne font pas partie de leur temps de service) méritent sans doute plus d’attention que les 2 minutes de réunion demandées par Mme Haour (PEEP), mais certainement pas dans le cadre des Réunions de classe, ni en présence des Instituteurs et du Directeur qui, de façon irréversible, n’y interviennent pas du tout et n’y ont aucune part de responsabilité. 

Il leur semble par contre tout à fait logique et responsable que la municipalité, qui a entièrement conçu ces activités et qui a absolument tenu à les diriger elle-même, en assume effectivement la responsabilité face à tous les parents, au cours de réunions qui leur sont exclusivement consacrées et dans lesquelles les employés communaux qu’elle a désignés pour les faire et les gérer au quotidien, donnent toutes les informations et répondent à toutes les questions que se posent les parents au sujet de leurs contenus et de leurs fonctionnements.

M. Barbe confirme que de telles réunions municipales peuvent bien sûr être organisées dès à présent par le Coordinateur, dans les locaux de l'école.

D’ores et déjà, Mme Lacroix (adjointe au Maire) ayant trouvé l'idée excellente lors de la dernière réunion du Conseil d'école, trois réunions annuelles à destination des seuls Représentants de parents sont programmées par la mairie, la première de 2014-2015 se tenant à la suite du Conseil d’école de ce jour, sous la présidence de M. Roule (adjoint au Maire) et en présence du Coordinateur municipal (cf. Compte-rendu de la réunion du précédent Conseil en date du 25-11-2014).

 

RETOUR