RETOUR

Réunion du Conseil d’Ecole

Jeudi 31 mars 2011 - 18h

Ecole Jean-Jaurès

1, place Jules-Ferry

69300 Caluire-et-Cuire

 

Tél. : 04 78 29 58 58 JeanJaurès@pplication

 

M. Barbe remercie tous les membres du Conseil de leur présence, en particulier Mme Lacroix (adjoint au Maire de Caluire - Affaires Scolaires) et M. Cuzin, Délégué Départemental de l’Education Nationale de Caluire,  et excuse l’absence de M Cochet, Maire de Caluire, et de Mme Parrini, Inspectrice de l'Education Nationale de la Circonscription « Caluire-Lyon 4 ».

Représentants élus des Parents d’élèves : Présents : Mmes Gavoille, Reclus, Le Borgne, Bonhomme; (4 P.E.E.P. dont 4 titulaires) ; Mmes Faiche, Putcrabey et Rotta-Bori (3 F.C.P.E. dont 3 titulaires). Absents excusés : Mmes Duterne, Poncet, M. Monnier (FCPE) ; Mmes Chalain, Guérin, Brouty, Vornich, M. Jorioz (PEEP).

Instituteurs présents : Mmes Géli, Goulier, Bolénor, Perrier, De Saint Jean, Perrou, Rivoire, Routis-Molinier, Martinez, Thiercelin; Melle Giroudon; MM. Cavagna, Perrot, (12). Absents excusés : Mme Poncet (3/4 temps), Mme Cantero (¼ temps). Total des présents : 22, dont 22 titulaires.

. 18h10 : Vigipirate (en vigueur depuis 1991) - Etat d’urgence (en vigueur depuis 4 mois)

(...)

Classes de découverte organisées en 2016 :

Classe Montagne : du 7 au 11-3-16. CE2/CM1 de Mme Perrier. Centre Combaz / Combloux (74).

Classe Verte : du 23 au 27-5-16. CE2 de Mme Rivoire. Chalets du Mézenc / Les Estables (43).

Mme Perrier dresse un bilan positif de son séjour : transport, nourriture, locaux, intervenants et activités satisfaisants. Enfants très contents.

Points négatifs : une chambre isolée des autres. Parents accompagnateurs mal reçus par le Centre. Directeur du Centre pas toujours de bonne humeur.

Mme Rivoire dresse un bilan très positif de son séjour : transport, nourriture (produits locaux), intervenants et activités très satisfaisants. Enfants très contents. Parents accompagnateurs très bien reçus par le Centre. Directeur du Centre très à l’écoute.

Point négatif : le chauffeur du car refuse de prendre un exemplaire de la liste des élèves, alors qu’il y est tenu.

M. Barbe remercie la Marie de permettre ces séjours de qualité.

Mme Lacroix dit y tenir beaucoup.

Interventions et promotion de l’école de musique de Caluire ? (Question PEEP)

Mme Le Borgne demande si les cours de l’école de musique reviendront au sein de l’école l’an prochain.

M. Barbe répond que ces cours se déroulaient sur les temps périscolaires (après 16h45) et qu’ils relèveraient donc, désormais, de la seule et unique responsabilité de la mairie. Il ajoute que s’ils devaient à nouveau être proposés, les inscriptions devraient impérativement être prises en mairie (service Simplicité), afin que les élèves inscrits figurent sur les fiches municipales d’appel, à partir desquelles les Instituteurs font ou ne font pas sortir les élèves à 16h. Une salle dédiée aux activités périscolaires (Côté COSTE) serait consacrée à ces cours, le vendredi, et les éventuels élèves extérieurs à l’école Jean-Jaurès seraient accueillis (entre 16h et 18h) et gérés par le coordinateur municipal.

L’école ne transmet jamais aux parents une quelconque publicité, directement ou par l’intermédiaire de leurs enfants, et ne fait jamais de publicité ou de promotion pour quiconque (journal, revue, livre, organisme, association…).

A titre exceptionnel, des professeurs de l’école de musique vont être accueillis d’ici la fin de l’année dans certaines classes de l’école et vont y présenter aux élèves l’ instrument de musique qu’ ils enseignent (harpe, clarinette, saxophone, violon alto…). C’est une forme de soutien que l’école Jean-Jaurès apporte à l’école de musique de Caluire, d’autant plus volontiers que ces interventions sont gratuites et présentent un intérêt pédagogique certain, en particulier à Jean-Jaurès où la musique a joué un rôle important ces vingt dernières années.

Apprentissages en 2016-17 : intervenants municipaux en musique, lecture (bibliothèque) et éducation physique et sportive ? Est-ce que les enfants ont eu accès à la bibliothèque cette année ? (Question FCPE)

2014-2015-2016 : Suppression du poste de l’Intervenante municipale en Bibliothèque et forte diminution des interventions municipales en Musique et en E.P.S. (Education Physique et Sportive). Les Instituteurs assurent donc seuls une plus grande partie de ces enseignements, avec moins ou plus du tout d’aide spécialisée, et continuent bien sûr d’utiliser les locaux scolaires de la bibliothèque.

Pas de changement en 2016-2017, ni à la baisse, ni à la hausse, pour la Musique (5h/semaine d’interventions municipales) et pour la Bibliothèque (0 h/semaine d’intervention municipale).

Par contre, Mme Lacroix annonce une baisse en E.P.S. : les intervenants municipaux n’interviendront plus en escalade, au profit des classes, en temps scolaire. Ils consacreront ce temps libéré aux enfants qui fréquentent les temps périscolaires.

L’activité « Escalade » en temps scolaire exige la présence d’un Intervenant spécialisé en plus de l'Enseignant, comme les activités Vélo et Natation, car ce sont des activités dites « à risques ». Il n’y aura donc plus d’activité « escalade » en temps scolaire, alors que 3 classes (75 élèves) s’étaient portées volontaires pour 2016-2017.

Mme Lacroix, adjoint au Maire de Caluire, précise que les activités sportives en temps scolaire relèvent de l’Education Nationale et non de la mairie.

M. Barbe approuve et confirme que les activités d’Education Physique et Sportive en temps scolaire sont de la responsabilité des Instituteurs, de même que les activités de Bibliothèque et de Musique, mais souligne combien, pendant des décennies, l’engagement de la mairie en temps scolaire a été important, constant et plébiscité par les élèves, les parents et les Instituteurs, faisant de la commune, jusqu’en 2014, un modèle cité comme un « exemple à suivre », dans tout le département et ailleurs.

Mme Rivoire (Classe de C.E.2 ; Coordonnatrice des activités sportives à Jean-Jaurès, en temps scolaire) pense que les très bonnes installations sportives de la commune vivent en partie grâce aux écoles et que le mur d’escalade va désormais être sous-utilisé (un seul club privé propose de l’escalade à Caluire et Mme Lacroix reconnaît que l’inscription y est « chère».).

Mme Lacroix répond que le coût du périscolaire et la baisse des dotations de l’Etat obligent la mairie à se désengager en partie du temps scolaire. Elle invite les membres du Conseil d’école à adresser une pétition à l’Inspection Académique pour obtenir des moyens supplémentaires, pétition à laquelle, dit-elle, elle-même et la mairie apporteront leur total soutien.

Représentants des Parents et Instituteurs unanimes déplorent que la priorité soit donnée au périscolaire, qui ne concerne pas tous les enfants (facultatif), plutôt qu’au scolaire, qui les concerne tous (obligatoire).

Mme Bonhomme (PEEP) estime qu’il serait logique de faire payer les activités périscolaires par les parents qui les utilisent.

Mme Lacroix, adjoint au Maire de Caluire, répond qu’il n’est pas question de faire payer les activités périscolaires, la gratuité étant une « chance » pour les parents et une « source d’équité » pour les enfants, contrairement à ce qui est proposé à Lyon où, dit-elle, « 50% des enfants ne peuvent pas fréquenter le périscolaire, car leurs parents n’ont pas les moyens de le payer ».

Elle ajoute que les impôts locaux n’augmenteront pas à Caluire. Elle s’étonne des critiques adressées par le Conseil d’école de Jean-Jaurès, alors que c’est le seul de la commune qui a estimé, lors d’une précédente réunion, que la réforme des rythmes scolaires avait un effet positif.

M. Barbe précise qu’un avis favorable avait en effet été donné par les Instituteurs de Jean-Jaurès, mais uniquement sur le fait qu’avec les nouveaux rythmes les élèves bénéficiaient d’une matinée de classe en plus, le matin étant plus favorable aux apprentissages scolaires que l’après-midi (Réunion du Conseil d’Ecole / Mardi 25 novembre 2014).

Les Représentants PEEP remettent à Mme Lacroix et à M. Barbe la « lettre ouverte » qu’ils adressent au Député-Maire, « concernant la suppression des ETAPS dans les écoles de la commune » (E.T.A.P.S. = Educateur Territorial des Activités Physiques et Sportives). Les Représentants FCPE se joignent aux Représentants PEEP (courrier annexé à ce compte-rendu).

Mme Lacroix fait remarquer que cette lettre ressemble beaucoup à celles qui ont été remises par d’autres écoles. Les Représentants PEEP et FCPE répondent qu’il s’agit en effet du même courrier, les Représentants des parents dans les écoles publiques de Caluire étant en lien et unanimement d’accord pour regretter les décisions municipales sur le sujet. 

Equipement numérique des classes (Question PEEP)

Les Représentants PEEP estiment que la question du numérique est préoccupante à Caluire-et Cuire et regrettent le sous-équipement des écoles.

Mme Lacroix, adjoint au Maire de Caluire, reconnaît un retard de la commune dans ce domaine et annonce qu’un rattrapage est étudié par les services municipaux, pour l’année 2017-2018, et que l’avis des écoles sera recueilli pour savoir ce qui convient le mieux à chacune, ce dont M. Barbe remercie la mairie.

M. Barbe souligne combien le matériel informatique constitue un lourd investissement et se périme très vite. Il espère qu’une maintenance rapide et efficace (comme elle l’était encore il y quelques années) sera mise en place, car elle est indispensable pour que l’usage des matériels soit satisfaisant et prolongé.

Mme Lacroix confirme le renouvellement des photocopieurs en 2016-2017, ce dont M. Barbe remercie vivement la mairie.

Discipline en temps scolaire (Questions PEEP)

Quels sont les types de "réactions" de l'école, en temps scolaire, face à un élève qui a un comportement "déplacé" (insultes, comportements à connotation sexuelle etc.). Comment la "sanction" ou la "mesure" est-elle décidée ? Y a-t-il une échelle de sanctions ? Quelles sont les sanctions qu'un élève peut encourir de manière générale ? Suivent-elles l'enfant dans un "dossier disciplinaire" ? Qu'est ce qu'un "avertissement" ?

Toutes les réponses se trouvent dans l’article 23 du « Règlement intérieur en temps scolaire » diffusé à tous les parents d’élèves et consultable sur le site internet de l’école

(http://www.ecolejeanjaurescaluire.asso.fr/adminis/Rint.htm).

Article 23 du Règlement intérieur en temps scolaire : Les mesures d’encouragement au travail et l'attribution de récompenses sont du ressort du Maître de la classe. L'Instituteur doit exiger d’un élève qu’il travaille et, en cas de travail insuffisant, décide des mesures appropriées à appliquer. L'insuffisance de travail, la mauvaise conduite et les manquements au règlement intérieur de l'école peuvent donner lieu à des sanctions : a) privation partielle de récréation (l’élève restant surveillé), b) privation partielle de l'activité de la classe (idem), c) punition écrite, éventuellement portée à la connaissance des parents d) retenue, sous surveillance, en dehors de l’horaire scolaire obligatoire (les parents étant avertis au moins 24 heures à l'avance et ayant notifié qu’ils ont pris connaissance de cette sanction), e) changement d'école décidé par l'Inspecteur de l'Education Nationale, sur proposition du Directeur, après avis du Conseil d'Ecole.

Selon la gravité, les punitions sont portées ou non à la connaissance des parents et/ou du Directeur (possibilités utilisées avec précaution et parcimonie).

La sanction (récompense ou punition) peut éventuellement être solennisée par une « Mention d'Honneur » ou un « Avertissement » remis par le Directeur, dans son bureau ou devant la classe (possibilité utilisée avec précaution et parcimonie).

Il n’est pas constitué un « dossier disciplinaire » qui suit l’enfant.

M. Barbe rassure les parents :

Les Instituteurs-Formateurs de Jean-Jaurès visitent régulièrement les écoles de tous les secteurs du département et constatent que le climat de leur école est encore l’un des meilleurs, même si les conditions de travail municipales y sont moins bonnes depuis quelques années.

Les enfants qui fréquentent l’école Jean-Jaurès s’y conduisent bien en temps scolaire (en plus de vingt années, M. Barbe dit n’avoir connu qu’un seul cas d’élève méritant une exclusion temporaire), parce qu’ils bénéficient à la maison d’une bonne éducation donnée par de bons parents et parce que leurs Instituteurs forment une équipe stable (ils sont presque tous nommés dans l’école depuis de nombreuses années) et soudée, dont tous les membres oeuvrent dans le même sens et sont en accord sur la nécessité d'instaurer un cadre fort et visible (par exemple, à Jean-Jaurès, les élèves se lèvent quand le Directeur ou un autre adulte entre dans la classe) et sur la manière de régler les questions de discipline et de réussir la relation Maître/élève(s) (Commentaire de M. Barbe hors Conseil : « A Jean-Jaurès, les élèves sont peu punis en temps scolaire, parce leurs Instituteurs font ce qu’il faut pour qu’ils soient disciplinés, sans qu'il soit nécessaire de les punir. Cependant, aucune école n’est facile, aucune classe n’est facile, aucun élève n’est facile et, même à Jean-Jaurès, un Instituteur doit veiller en permanence à maintenir le cadre, à l’abri de toutes les confusions, et à ne pas laisser ses élèves en franchir les limites. »).

Education sexuelle (classes de CM2) (Question PEEP) : En lien avec les services sociaux de l'Inspection académique, Mme Brunet et Mme De Araujo (assistante sociale et infirmière de l’éducation nationale) interviennent les 7 et 17 juin dans les classes de CM2 (en 1/2 classe), sur les thèmes suivants : éducation à la relation affective et sexuelle ; filles et garçons, grandir et vivre ensemble. Il est répondu à toutes les questions qui sont posées sur ces thèmes et, éventuellement, sur d’autres qui seraient abordés par les enfants. Ce type d'interventions, juste avant l'entrée en sixième, est très apprécié par les enfants et jugé très utile et idéalement placé à ce moment de la scolarité (enfants suffisamment matures tout en étant encore suffisamment spontanés et ouverts), par les Instituteurs (avis partagé par les intervenantes). Avant le CM2 c'est trop tôt (enfants pas assez matures), après le CM2 c'est trop tard (enfants trop fermés).

Objectifs : « Apporter aux élèves en partant de leurs représentations et de leurs acquis, les informations objectives et les connaissances scientifiques qui permettent de connaître et de comprendre les différentes dimensions de la sexualité ; susciter leur réflexion à partir de ces informations et les aider à développer des attitudes de responsabilité individuelle, familiale et sociale »  (Circulaire ministérielle du 17 février 2003).

Pour mémoire : ont été abordés en 2015 par les élèves les sujets supplémentaires suivants : drogues, harcèlements, respect du corps, pornographie, homosexualité, viol, relations filles-garçons au collège, puberté, pédophilie... Les intervenantes dédramatisent et répondent avec délicatesse, sans aucun prosélytisme et en respectant totalement les opinions et  croyances des parents. Elles promettent aux enfants le secret et ne rapportent rien aux Instituteurs et aux parents (sauf faits graves qui leur seraient confiés par les enfants). Cette année, les Institutrices de C.M.2 ont souhaité que les ½ classes ne soient pas mixtes. Constats de l’assistante sociale et de l’infirmière, suite à l’intervention du 7 juin 2016 : les élèves de Jean-Jaurès sont intelligents, vifs, très disciplinés, lèvent le doigt pour prendre la parole, respectent les autres et s’expriment bien.

Le groupe de filles était plus calme, plus serein et plus mûr que celui des garçons, plus agité, plus gêné et plus hétérogène (éducation sexuelle : certains en savent beaucoup, d’autres en savent très peu).

Mme De Saint Jean (Institutrice de C.M.2) explique avoir traité scientifiquement, en classe, la question de la sexualité, dans le cadre des Programmes. Elle précise que dès le début de l’année ses élèves avaient manifesté leur impatience de vivre avec l’assistante sociale et l’infirmière, ce que les anciens CM2 avaient vécu l’année précédente. Mme Géli (C.M.2) dit que ses élèves sont aussi impatients et que l’an dernier elle avait eu un excellent retour de la part de tous les enfants de sa classe.

Liaison avec les Collèges (Question PEEP) :  Environ 1/3 des élèves de C.M.2 fréquenteront le collège Sénard en 2016-17. Les autres s’inscrivent dans d’autres collèges publics correspondant au secteur de leur domicile ou dans des établissements privés. L’école a une relation privilégiée avec le collège Sénard et le lien avec ses professeurs et son Principal est très bon et permanent. Le lien est néanmoins très bon aussi avec tous les collèges dans lesquels sont admis les élèves de Jean-Jaurès. L'an prochain, en novembre 2016, au retour des vacances de Toussaint, les parents des élèves de CM1 et de CM2 seront invités à une réunion au cours de laquelle M. Guillot, Principal du Collège Charles-Sénard de Caluire, présentera la réforme du collège en cours et son établissement, et répondra à toutes les questions.

Y a-t-il un nouvel aménagement des horaires du périscolaire municipal prévu pour 2016-2017 ? (Question PEEP) :

Horaires du temps scolaire en 2016-2017 : pas de changement : 8h30-11h30 tous les jours sauf samedi et dimanche ; 13h45-16h tous les jours sauf mercredi, samedi et dimanche.

Horaires des temps périscolaires municipaux en 2016-2017 : pas de changement : 7h30-8h30 / 11h30-13h45 / 16h-18h les lundi mardi jeudi et vendredi ; 7h30-8h30 / 11h30-12h30 le mercredi .

Effectifs Rentrée 2016. Y a-t-il un risque de fermeture de classe ? (Question FCPE et PEEP)

Les nouveaux critères de dérogation (très restrictifs), décidés en 2014 par la municipalité, pourraient avoir une incidence sur l’effectif prévu pour la rentrée 2016, en baisse, mais ne laissant pas augurer une fermeture de classe, à ce jour.
Parents et Instituteurs regrettent cette absence de souplesse municipale vis-à-vis des demandes de dérogation.
Mme Lacroix,
adjoint au Maire de Caluire, défend le souci de la mairie de lutter « pour la mixité sociale » et « contre les sur-effectifs ou les sous-effectifs de certaines écoles ».
M. Barbe note que des refus sont opposés à des parents dont la demande est « hors-critères », même quand les 2 Directeurs, celui de l’école d’origine et celui de l’école souhaitée, ont donné un avis favorable, et s’étonne que des dérogations soient parfois accordées, alors que la demande est « hors-critères », que la situation est ordinaire et que l’école d’origine se plaint d’avoir un très important problème de sous-effectif.
Il souligne que bien sûr en ce domaine, c’est la mairie et elle seule qui commande, mais dit craindre qu'un trop grand nombre de refus opposés aux parents des écoles publiques de Caluire ne bénéficie à aucune d’entre elles et finisse par faire perdre des classes publiques à la commune

Jean-Jaurès peut espérer des inscriptions d’enfants habitant dans des logements en construction aux abords directs de l’école (à confirmer cependant, car le coût élevé de l’immobilier à Caluire - voire très élevé, dans le secteur de Jean-Jaurès - ne favorise pas l’installation de parents ayant des enfants en âge d’être scolarisés en primaire).

Mme Lacroix, adjoint au Maire de Caluire, constate que la réputation de Jean-Jaurès est si bonne que des parents "hors-critères" (à qui elle a ou aurait donc refusé une dérogation) sont allés jusqu'à déménager dans le périmètre du secteur de Jean-Jaurès, pour que leur(s) enfant(s) puisse(nt) y être admis.

Mme De Saint Jean est devenue Maîtresse d’Application à Jean-Moulin, après une année passée à Jean-Jaurès, en 2000-2001, et devient Directrice d’Application à Jean-Moulin, après une nouvelle année passée à Jean-Jaurès, en 2015-2016. Elle est heureuse de sa nomination et dit avoir vécu une très bonne année à Jean-Jaurès avec des élèves, des collègues et des parents qu’elle a beaucoup appréciés.

Melle Giroudon remercie tous les parents et tous les Instituteurs qui l’ont accompagnée dans sa carrière, pendant les très nombreuses années où elle a été très heureuse d’enseigner à l’école Jean-Jaurès, dans laquelle elle dit avoir connu et apprécié, de bons élèves, de bons parents, de bons collègues et de bons Directeurs, dans une bonne école.

M. Barbe remercie tous les membres du Conseil et lève la séance à 19h57. 

23-6-2016 Le Directeur, Président du Conseil d’école, M. Barbe

N.B. : Ce compte-rendu a été communiqué aux Représentants des parents d'élèves, pour relecture et recueil des éventuels ajouts ou retraits souhaités par eux, avant visa du Président, publication et diffusion.

 

RETOUR