RETOUR

Réunion du Conseil d’Ecole

Mardi 5 juin 2018 - 18h

Ecole Jean-Jaurès

1, place Jules-Ferry

69300 Caluire-et-Cuire

 

Tél. : 04 78 29 58 58 JeanJaurès@pplication

 

M. Barbe remercie de leur présence tous les membres du Conseil, en particulier M. Roule (adjoint au Maire de Caluire - Affaires culturelles) et M. Cuzin, Délégué Départemental de l’Education Nationale de Caluire, et excuse l’absence de M Cochet, Maire de Caluire, et de Mme Creusevault, Inspectrice de l’Education Nationale de la Circonscription « Lyon 4-Caluire ». Il accueille M. Tassin, Responsable du service scolaire de la mairie de Caluire, qui ne fait pas partie du Conseil d’école, mais qu’il a invité à cette réunion, à la demande de la municipalité, qui souhaite que ses fonctionnaires aident ses élus à répondre aux questions qui leur sont posées dans les Conseils des écoles de la commune.

Représentants élus des Parents d’élèves présents : Mmes Reclus, Gavoille, Le Borgne, Guérin  (4 P.E.E.P.); Mmes Rotta-Bori, Pacheco, M. Flaquière, (3 F.C.P.E.). Absents excusés : Mmes Bouyer, Pita, M. Monnier (FCPE). Instituteurs présents : Mmes Géli, Goulier, Bolénor, Perrou, Poncet, Perrier, Thiercelin ; MM. Savigny, Cavagna, Chalaye, Bussière (11).  Absents excusés : Mmes Le Bel (présente à une autre réunion), Hoarau (1/4 temps). Total des présents : 21 + 1 fonctionnaire municipal.

- Occultation des cours de récréation : L’occultation provisoire des cours de récréation réalisée en matière plastique pour la Rentrée scolaire 2017 va être remplacée par une occultation métallique, comparable à celle qui a été installée sur les portails de la halte-garderie et de l’école maternelle, mais en plus esthétique étant donnée la plus grande importance de surface concernée. Un budget de 50 000 euros est prévu. M. Roule (Adjoint au Maire) annonce que la réalisation des travaux s’effectuera pendant les vacances de Toussaint 2018.

- Borne rétractable de la place Jules-Ferry :

M. Roule (Adjoint au Maire) a constaté que cette borne est très souvent baissée. M. Barbe confirme et précise qu’il avait obtenu l’installation de cette borne en 2010, lors de la rénovation de la place, qu'elle a coûté 6000 euros et qu’il l’avait demandée pour protéger des voitures les sorties de classe, par les portes « Garçons » et « Filles », à tout moment de la journée, pour protéger des voitures les piétons qui circulent sur la place et les enfants qui y jouent, pour protéger des voitures le revêtement du parvis de l’école. Il souligne combien il est indispensable que cette borne de protection soit levée et non baissée, d'autant plus dans le cadre des mesures de sécurité renforcées, en vigueur depuis les attentats. L’agent municipal qui fait traverser la rue Nuzilly rappelle régulièrement aux conducteurs des véhicules de la mairie et des commerçants qui pénètrent sur la place, qu'ils doivent impérativement relever la borne quand ils sont entrés et quand ils partent, mais n’est pas toujours écoutée (N.B. L’équiper d’un carré ?). Elle a signalé le problème à la police municipale. M. Roule (Adjoint au Maire) va adresser des lettres de rappel à l'ordre à tous les utilisateurs de la place et veiller à ce que les véhicules de la mairie soient équipés du « carré pompiers » qui permet de baisser et de relever la borne.

- Dysfonctionnements des portes de l’école

Les 5 porches d’entrée de l’école qui donnent sur la place Jules-Ferry sont régulièrement dégradés et utilisés comme urinoirs ou lieux de trafics et de relations de toutes sortes. M. Roule (Adjoint au Maire) confirme que des études municipales sont en cours afin d'essayer de trouver un aménagement qui mette fin à ces incivilités, tout en maintenant l'accessibilité et en respectant l'architecture des bâtiments datant de 1933. Les dysfonctionnements constatés sur la porte « Garçons » seront traités en même temps que cet aménagement, en 2018-2019.

- Jeux dangereux en temps scolaire

Les Instituteurs n’ont pas constaté cette année la pratique par les élèves de jeux dangereux (type « jeu du foulard » ou autres), en temps scolaire.

- De nombreux Projets de classe en lien avec le Projet d’école aboutissent en cette fin d’année. Les Instituteurs les présentent brièvement aux membres du Conseil :

1) Apprentissages Santé-Prévention :

. Classes de CM2 (2 classes) : Interventions de l’Infirmière scolaire, Mme de Araujo, dans les classes de CM2 (pour le groupe des filles puis le groupe des garçons, dans chaque classe) et répondra à toutes les questions qu’ils se posent sur tous les sujets, en particulier à l’approche de leur entrée au Collège et qu’ils aborderont librement, hors de la présence de leur Institutrice (relations filles-garçons, vie affective, éducation sexuelle, drogues…).

. Classes de CE1 (2 classes) : Interventions de l’Infirmière scolaire sur le thème de l'hygiène dentaire (hors de la présence de leur Instituteur)

. Classes de CE2 CM1 et CM2  (7 classes) : Interventions de la Ligue contre le cancer : CE2 : hygiène alimentaire, prévention contre l’obésité, bienfaits de l’activité physique ; CM1 : prévention contre les dangers liés au tabac, au soleil ; CM2 : mêmes thèmes que CE2 et CM1 + bienfaits du sommeil.

2) Classes de CP et CE (5 classes): travaux autour de Jeux de société, en lien avec les apprentissages artistiques, moraux et civiques : 

- Découverte de jeux de société. Création et construction d’un jeu dans chaque classe (grâce au concours de parents d’élèves, le jeu des 7 familles des CE1 de M. Cavagna est en cours d'impression et de diffusion au sein de l’école, gratuitement ).

- Animation par un Intervenant de chez KAPLA autour du jeu KAPLA. Financement : parents d'élèves des classes concernées + Comité des Fêtes de l’école.

3) Toutes les classes (11) : Projet « Les incorruptibles » : en lien avec les apprentissages de la Lecture

Proposer à tous les élèves de l’école des sélections d’albums et de romans de qualité, afin de les amener à la lecture « plaisir ». Les livres sélectionnés sont pour la plupart liés à des thèmes d'actualité et/ ou à la vie de l’école et servent de support à des échanges en lien avec l’éducation civique & morale. Vote pour le meilleur livre lu dans l’année.

Financement : Mairie de Caluire + Comité des fêtes de l’ école

4) CM1 et CM2 4 classes : du Street Art au School Art, en lien avec les apprentissages artistiques.

Découverte de tags et de graffitis dans des espaces dédiés à la Croix-Rousse. Interventions de la Maman d’un élève de CM1 dans les 4 classes : étude d’exemples puis production des élèves. Invitation des parents à l’exposition dans l’école des travaux réalisés par les élèves, d’ici le mois de juillet.

Financement : Comité des fêtes de l’ école

Apprentissages Prévention-Sécurité-EPS

5) CE2 et CM2  4 classes ½ : Branche-toi sécurité : dans chaque classe, sensibilisation des élèves à la sécurité électrique par une Intervenante EDF

CM2 2 classes : A.P.E.R. (Attestation de Première Education à la Route) : passage au stade Bourdan de l’Attestation encadré par les Institutrices et des parents volontaires et agréés (soutien logistique de l’USEP et de la mairie).

CM1 CM2 Sorties en Vélo à Méribel 4 classes : encadrées par les Institutrices et des parents volontaires et agréés (soutien logistique de l’USEP et de la mairie).

6) CM2 4 classes : Mémorial Jean-Moulin en lien avec les apprentissages civiques et historiques : préparation de la visite en classe avec une Intervenante du Mémorial, puis visite. Transport financé par la mairie.

- Concours de dessin organisé par la Fédération de parents P.E.E.P.

Mme Reclus, Présidente des Représentants de parents PEEP, remercie les classes qui ont participé au Concours. Elle espère que la remise des prix pourra se faire à Caluire, si la mairie accepte de prêter une grande salle à la PEEP.

M. Tassin annonce qu’une grande salle pourra être mise à disposition de la PEEP le 30 juin après-midi.

M. Barbe fait observer que le 30 juin après-midi a lieu la Fête de l’école et que cette date est donc impossible.

- Opération « Un Livre pour les vacances » dans le but d’inciter à la lecture

D’ici le mois de juillet, un livre sera offert à chaque élève de CM2, de la part de M. le Ministre de l'Education nationale. Il s’agit d’un recueil de Fables de La Fontaine illustré par le peintre Joann Sfar.

- Classes de découverte

CE2 M. Savigny : Classe montagne à Combloux du 23 au 27 avril. Bilan très positif. Transport Philibert très en retard au départ.

CM1 Mme Goulier : Classe verte du 18 au 22 juin aux Chalets du Mézenc / Les Estables (43) : en préparation.

Au nom des Instituteurs, M. Barbe remercie vivement la mairie pour ces séjours de grande qualité qui sont proposés aux écoles et subventionnés par elle. Les Représentants des parents se joignent à M. Barbe et remercient également les Instituteurs.

- Sorties de classes en fin d’année

Toutes les classes de l’école effectueront d’ici le 6 juillet une sortie pédagogique de fin d’année, sauf la classe de Mme Goulier qui part en classe de découverte et sauf les classes de CE2 de MM. Bussière et Savigny qui l’ont déjà faite le 1er juin, en avance, de manière à disposer pour eux seuls de « tout » le Parc de la Tête d’Or, habituellement très fréquenté par les écoles à partir de la mi-juin. Les Instituteurs présentent les sorties programmées (encore secrètes pour certaines et donc non connues des élèves). M. Barbe précise que, dans le cadre du budget alloué par elle à chaque école et sans dépassement, tous les transports de ces sorties sont entièrement financés par la mairie, ce dont il la remercie vivement, au nom des Instituteurs et des parents.

- Bilan de la réforme des rythmes scolaires 2014-2018 demandé par les Représentants des parents (Au bout de 4 ans, quels enseignements a-t-on pu retirer de la mise en place de la semaine à 4,5 jours ? Quel est aujourd'hui le niveau global des élèves de l'école (scolaire, comportement) ?)

M. Barbe invite les parents d’élèves à visiter le site Internet de l’école (rubrique INFOS PARENTS, 1ère page en bas à gauche), sur lequel se trouvent tous les comptes-rendus des réunions du Conseil d’école qui ont précédé et suivi la rentrée scolaire 2014 (N.B. De même que la lettre écrite en octobre 2013 par 419 Directeurs des écoles publiques de Paris et le bilan en date de mai 2015 effectué par certains Inspecteurs de l’éducation nationale), comptes-rendus dans lesquels figure l’historique complet de la mise en place des nouveaux rythmes dans les écoles publiques de Caluire, à partir du 2 septembre 2014.

Il résume les constats retranscrits dans ces comptes-rendus, qui restent les mêmes 4 ans plus tard, pour ceux qui ont connu l’école d’avant 2014 :

. Première réforme : La réforme nationale des rythmes scolaires a instauré de 2013/2014 à 2018, la semaine de 4 jours et demi, au lieu de 4 auparavant, soit trois quarts d’heure de classe en moins par jour et 3h de classe en plus le mercredi matin. De 2014 à 2018, les Instituteurs de Jean-Jaurès ont pu vérifier ce qu’ils savaient déjà : il est bénéfique pour les élèves que des apprentissages fondamentaux puissent être prévus pour eux sur 5 matinées, plutôt que sur seulement 4.

. Seconde réforme : En 2013/2014, deux réformes, et non une seule, ont été appliquées dans toutes les écoles publiques de France : une réforme nationale des rythmes scolaires (passage de 4 jours à 4 jours ½) et une réforme municipale des temps périscolaires, différente selon les communes (certaines n’ayant pas ou peu de périscolaire avant 2013/2014, d’autres en ayant déjà beaucoup, dont Caluire).

Le périscolaire municipal qui existait avant 2014 dans toutes les écoles publiques de Caluire était très important, réparti également entre elles (N.B. Néanmoins, moins d’heures étaient attribuées à Jean-Jaurès qu’à d’autres, car une discrimination positive était appliquée) et montré en exemple dans le département et ailleurs (garderies du matin, cantine, activités de la pause de midi, garderies du soir, études devoirs, études musique, études sportives, activités USEP du soir et du mercredi matin : sports collectifs, piscine, escalade, tennis…+ les activités USEP du mercredi a.m. subventionnées par la municipalité). Comme dans beaucoup de communes urbaines, toute la responsabilité de ces temps périscolaires était déléguée par la mairie de Caluire aux Directeurs d’école volontaires (N.B. Les 16 Directeurs de Caluire étaient tous volontaires et donc tous présents pendant les temps périscolaires - y compris, à Jean-Jaurès, pendant la cantine - et tous en charge de l’organisation de la surveillance de la cantine et des études du soir, du choix des animations proposées pendant la pause méridienne et les études à thème, de la gestion des inscriptions et des présences, du recrutement, de la formation et de la gestion des surveillants et animateurs, de l’autorité sur les personnels et les enfants…).

Le 16 mai 2014, la mairie a retiré cette délégation aux 16 Directeurs des écoles publiques de Caluire (dans la même logique, en 2011, l’autorité sur les agents d’entretien municipaux en fonction dans les écoles avait été retirée aux Directeurs).

Contrairement à la première, annulée à la Rentrée 2018, cette seconde réforme, la vraie, était fondamentale, définitive et sans doute en phase avec l’évolution de la société actuelle, puisque beaucoup de mairies vont désormais dans le même sens que celle de Caluire (voire plus loin, mais moins franchement) et, petit à petit, délèguent de moins en moins aux Directeurs d’école et donnent une place de plus en plus importante au déroulement d’activités de loisirs au sein des écoles, sous leur responsabilité directe ou déléguée à des associations (N.B. En faisant observer aux Instituteurs et Directeurs qu’ils ne sont que des locataires intermittents de locaux appartenant à la mairie, ce qui est parfaitement exact).

Ainsi, entre 2013/2014 et 2018, selon M. Barbe, les écoles primaires ont vécu en France la plus profonde transformation que l’école publique ait jamais connue depuis sa naissance, une véritable révolution (N.B. cachée et silencieuse), qui met fin de façon irréversible à la sanctuarisation de l’école, en vigueur jusqu’alors et depuis toujours, en supprimant la continuité qui existait entre le temps scolaire et le temps périscolaire, par l’intermédiaire du Directeur, et en instaurant au sein des mêmes locaux une cohabitation entre deux services indépendants et pas de même nature : un service municipal de garderies (enfants) et un service national d’enseignement (élèves = enfants qui exercent le métier d’élève), deux services dont les fonctionnements, les objectifs et les exigences sont intrinsèquement très différents, deux services dans lesquels la relation et la distance entre l’adulte et l’enfant ne sont pas du tout les mêmes (N.B. En 2008, dans la même logique, certaines mairies, dont celle de Caluire, avaient déjà créé une cohabitation pionnière (heureusement peu fréquente à Jean-Jaurès), entre un service municipal de garderie accueillant dans l’école les enfants dont l’Instituteur est en grève et le service national d’enseignement accueillant dans l’école les élèves dont l’Instituteur n’est pas en grève… cohabitation encore plus déstabilisatrice du cadre historique de l’école, car fonctionnant en temps scolaire…).

Le problème ne vient pas des contenus et des personnels des temps périscolaires, qui dans l’ensemble sont d’une qualité digne d’un très bon Centre de loisirs, ni du Coordinateur, ni des membres du Service « Education » de la mairie (N.B. qui n’ont pas connu l’école d’« avant 2014 » et qui n’ont aucune responsabilité dans un changement qu’ils doivent néanmoins administrer), qui les gère au mieux et font l’admiration du Directeur et des Instituteurs. Le problème vient du fait que ces contenus et ces personnels interviennent au sein même des locaux scolaires, dans lesquels des enfants apprennent et dans lesquels, désormais, ils font, disent et entendent des choses qu’il eût été inimaginable qu’ils fassent, disent et entendent, avant 2014 (cf. à titre d’illustration du problème, le cas des pistolets à eau autorisés dans l’école par les parents du Comité des Fêtes, le jour de la kermesse).

Bilan collatéral N°1 : Depuis 2014, les petites et moyennes dégradations et salissures d’usage causées aux matériels, locaux et équipements de l’école, normales dans un établissement qui accueille 280 enfants, s’accroissent de plus en plus et dans des proportions anormales, pendant les activités périscolaires (N.B. D’autant plus que depuis 2011 les réparations tardent, le « gardien » ne gardant plus l’école à plein temps, mais à mi-temps, sur décision municipale).

Pour assurer une sécurité optimale lors des transferts de responsabilité, pour minimiser le plus possible l’impact négatif de cette cohabitation sur les comportements des élèves en temps scolaire, et donc sur leurs apprentissages, pour ne pas casser l’autorité du Coordinateur sur les enfants des temps périscolaires et pour ne pas entamer celle du Directeur et des Instituteurs sur les élèves du temps scolaire, une séparation claire et nette des deux services a été mise en place dès le 2 septembre 2014, plus difficile à maintenir au fur et à mesure que les enfants qui ont connu l’école d’avant 2014 partent au collège (les CM2 de 2017-2018 étant la dernière promotion à l’avoir connue).

Bilan collatéral N°2 : Depuis 2014, la mairie s’est encore plus désengagée du temps scolaire, qui n’est pas de sa compétence. Ainsi, entre 2014 et 2018, les écoles publiques de Caluire ont perdu toutes les heures dispensées par des Intervenants municipaux spécialisées (Bibliothèque, Education physique et sportive et Musique), dont chaque classe de chaque école bénéficiait avant 2014 (N.B. Néanmoins, moins d’heures étaient attribuées à Jean-Jaurès qu’à d’autres, car une discrimination positive était appliquée).

Entre 2014 et 2018, la seconde réforme a provoqué dans la Circonscription des écoles publiques de Caluire, des départs anticipés de personnels, en particulier ceux de plusieurs Directeurs qui ont prématurément quitté leur poste et/ou la commune, mais aussi ceux de personnels municipaux.

A Jean-Jaurès, en 2018, le Directeur et les Instituteurs de 2014 continuent d’aider leurs élèves à ne pas faire de confusion entre les différents moments de la journée. Une certaine « étanchéité » entre les deux services et la sanctuarisation des salles de classe (sans lesquelles la facilité des loisirs l’emporterait inévitablement sur l’effort des apprentissages), la très bonne liaison établie avec le Coordinateur du périscolaire dès le 2 septembre 2014 et la délimitation claire des responsabilités de chacun font qu’à Jean-Jaurès le climat est toujours agréable, serein et propice au travail scolaire – plus que dans d’autres écoles du département, et d’ailleurs, qui n’ont pas la chance d’avoir la même configuration de locaux et/ou qui n’ont pas pu, voulu ou su organiser avec rigueur la cohabitation – et que le niveau et le comportement des élèves y demeurent satisfaisants dans l’ensemble, voire très satisfaisants.

- Fréquentation scolaire pendant les « ponts » du mois de mai

L’appel nominatif a été fait par le Directeur, dans chaque classe, chaque jour.

Lundi 30 avril : 93,12% de présents

Lundi 7 mai : 92,75% de présents

Mercredi  9 mai : 87,30% de présents

Vendredi 11 mai : 85,15% de présents

M. Barbe remercie l’immense majorité des parents qui n’ont pas fait faire le pont à leurs enfants, malgré un calendrier qu’il reconnaît être « mal fait », mais qui n’est pas décidé par l’école comme le pensent certains parents.

- Orientation en collège à l’issue du CM2

Sur 54 élèves de CM2, entre 55% et 60%, vont poursuivre leur scolarité dans un Collège privé du département, 25% seront scolarisés dans le Collège public Charles-Sénard de Caluire, les autres intégrant un autre Collège public du département ou d’un autre département, correspondant à leur nouvelle adresse en septembre 2018 ou suite à une demande de dérogation, si elle est acceptée. 

Postes d’ Auxiliaire de Vie Scolaire (AVS) à la rentrée 2018

Désormais, les Directeurs d’école ne disposent plus d’une aide apportée par une personne employée en contrat aidé (20h/semaine), en tant qu’AVS administrative, ce type de postes ayant été supprimé par le Ministère.

L’école dispose encore de personnes employées en contrat aidé (20h ou 20h30/semaine), en tant qu'AVS Handicap, chargées d’aider des enfants souffrant d’un handicap. Cette aide est un droit, comme le rappelle à juste titre M. Flaquière (FCPE), en faisant référence à la Loi du 11 février 2005 « pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées ».

L’attribution d’une aide AVS à un élève suppose que cet enfant souffre d’un handicap déclaré par ses parents à la MDPH (Maison Départementale des personnes Handicapées) et reconnu par elle comme justifiant une aide humaine. Parallèlement, l’école fait également une demande auprès de la MDPH, en collaboration et liaison étroite avec les parents. Au moins 5 élèves bénéficieront d’une telle aide l’an prochain.

En réponse à M. Flaquière, M. Barbe précise qu’à ce jour, l’école n’est pas sous-dotée en postes d'AVS Handicap, l’Inspection académique tenant compte du nombre d’élèves notifiés et connaissant les particularités de l’école (à savoir, accueil potentiel à tout moment d’enfants placés dans un établissement d’accueil situé à proximité de l’école et souffrant éventuellement d’un handicap).

M. Barbe fait observer que cette éventualité « d’accueil à tout moment » est difficilement gérable et oblige parfois à mettre dans la même classe des enfants qu’il faudrait séparer (cas d’une classe de CM2 cette année).

- Effectif des élèves et mouvement des Instituteurs à la rentrée 2018

L’effectif prévu est stable. A ce jour, aucune création ou suppression de classe n’est envisagée.

L’organisation des classes en 2018-2019 n’est pas finalisée et ne le sera que le 3 septembre 2018, jour de la Rentrée.
Il est possible que certaines classes soient à double niveau.

C’est le Directeur qui répartit les élèves entre les classes, à partir des avis et propositions formulés par les Instituteurs, à la suite d’une concertation entre les Maîtres des classes inférieures et ceux des classes supérieures. Les listes sont définitives et communiquées à tous, le jour de la rentrée scolaire.

Constitution des classes à 2 niveaux : 1) élèves plus autonomes 2) plus grande homogénéité (à l'intérieur de chaque niveau) 3) moins d’élèves « difficiles ».

Mouvements :

Mmes Le Bel (2 x ¼ CM2 et 2 x ¼ CM1), Hoarau (1/4 CE2), M. Chalaye (CE2-CM1) quittent l'école pour un poste plus proche de leur domicile.

Mme Reclus, Présidente de la PEEP, déménage et quitte donc l’Ecole Jean-Jaurès. M. Barbe la remercie vivement de son implication dans la vie de l’école et à son service, au cours de ces dernières années mouvementées, qui ont vu, entre autres, l’arrivée d’un nouveau « périscolaire ». Mme Reclus déclare quitter avec regrets « Jean-Jau », où elle a toujours été très satisfaite que ses enfants soient scolarisés.

Intervention des Représentants de la mairie :

 

- Stationnement à proximité de l’école maternelle : M. Flaquière (FCPE) exprime le mécontentement des parents qui ont été récemment verbalisés à hauteur de 135 euros, parce qu’ils stationnaient sur les trottoirs, à proximité de l’école maternelle. M. Flaquière et d’autres Représentants admettent qu’il s’agit d’un stationnement interdit, mais font observer que les parents d'enfants scolarisés en maternelle n’ont pas d’autre choix que de venir en voiture jusqu’à l’école. M. Tassin rappelle que la Police municipale a pour obligation de verbaliser un véhicule s’il se trouve sur un trottoir et si le conducteur est absent. Les Représentants des parents demandent la création d’une zone de « dépose-minute ». M. Roule (Adjoint au Maire) prend note de la demande.

M. Tassin précise que « dépose-minute » de la rue Coste n’est pas pour un usage scolaire, mais pour la clientèle des commerçants de la place. Il conseille à M. Barbe de demander des panneaux d'interdiction de stationnement, lorsqu’une sortie de classe est programmée, afin de réserver au(x)  car(s) prévu(s), la zone de dépose-minute qu’il a du mal à faire évacuer par des automobilistes récalcitrants (la panneau autorisant « 15 minutes »).

 

- Plan numérique municipal en 2018-19 : Rappel (cf. le compte-rendu de la réunion du Conseil d’école du 20 mars) : A la Rentrée 2017, une classe par école publique de Caluire a été équipée numériquement par la mairie (ordinateur portable + vidéo-projecteur + tableau blanc). A Jean-Jaurès c’est la classe de CM1 de Mme Perrier qui a été équipée et qui expérimente le matériel installé (elle a fait le choix d’un VPI : vidéo-projecteur interactif). Suite du Plan en 2018-2019 : Il a été décidé d’accélérer le Plan. Ainsi, toutes les classes des écoles élémentaires publiques de Caluire, vont être connectées à Internet et équipées informatiquement d’ici avril 2019.

Choix fait par la mairie : un équipement TNI (vidéo-projecteur + tableau spécifique + logiciel y) sera installé dans chacune des 78 classes. Mme Perrier conservera son équipement VPI (vidéo-projecteur + tableau velleda + logiciel x). les ordinateurs personnels pourront être utilisés sur le matériel choisi (5 licences disponibles). Câblage pour la connexion Internet des 78 classes : pendant l’été 2018. Le matériel sera fourni et installé pendant les petites vacances (pendant celles du printemps 2019 pour Jean-Jaurès). Tout sera filaire (pas d’ondes WIFI). Des formations sont prévues par l’Inspection académique et seront dispensées à tous les Instituteurs.

M. Barbe poste la question du devenir des écrans audiovisuels (11 à Jean-Jaurès) et tableaux verts actuels (78 dont 11 à Jean-Jaurès). L’école souhaiterait en conserver tout ou partie et souligne la révolution que sous-entend la disparition des tableaux verts (héritiers des tableaux noirs en ardoise de nos ancêtres).

Au nom de toute l’école, il remercie vivement la mairie de l’effort considérable qu’elle accomplit en équipant toutes les écoles en deux ans et lui adresse un franc « Chapeau ! » (N.B. M. Flaquière (FCPE), Professeur référent en informatique au Collège Lassagne de Caluire, qui utilise et connaît bien le logiciel qui va être installé par la mairie dans toutes les classes, à savoir ActivInspire de Promethean, propose son aide aux Instituteurs).

- Rythmes périscolaires en 2018-2019 : M. Tassin et M. Barbe donnent des précisions concernant l’horaire « 16h30-18h » et la liaison entre le service scolaire et le service périscolaire

16h30 : tous les enfants inscrits sur les listes municipales à la garderie ou à l’étude de 17h ne sortent pas de l’école à 16h30 et sont confiés par les Instituteurs aux surveillants municipaux, dans la Cour Coste, où ils sont gardés jusqu’à 17h (récréation, détente, goûter personnel… aucune sortie possible avant 17h).

17h : les enfants inscrits à l’étude se rendent dans leur salle d’étude avec un surveillant municipal et sortent de l’école à 18h par le portail « Coste » (aucune sortie possible avant 18h)

17h : les enfants inscrits à la garderie se rendent avec un surveillant municipal dans un lieu à déterminer (bibliothèque ou école maternelle) et peuvent être récupérés par leurs parents, à l’heure de leur choix, entre 17h et 18h.

16h30 : les élèves auxquels une Activité Pédagogique Complémentaire (APC) est proposée par les Instituteurs ne sortent pas à 16h30 et vont en récréation dans la Cour « Nuzilly », sous la surveillance d’un Instituteur, avant de se rendre avec lui, à 16h45, dans sa salle de classe. A 17h30, s’ils ne sont pas inscrits à l’étude sur les listes municipales, ils sortent de l’école par la porte « Filles » ou par la porte « Garçons » ; s’ils sont inscrits à l’étude sur les listes municipales, ils sont confiés à un surveillant municipal, dans une salle d’étude, et sortent de l’école à 18h, par le portail « Coste ». Les APC ne peuvent plus être organisées pendant la pause méridienne, car elle est raccourcie d’un quart d’heure (12h-14h au lieu de 11h30-13h45) et doit donc être entièrement consacrée au repas et à la détente, d’autant plus que la matinée scolaire est allongée de 30 minutes (8h30-12h au lieu de 8h30-11h30). 

M. Barbe remercie tous les membres du Conseil et lève la séance à 20h10.

                                                                              Le Directeur, Président du Conseil d’école 

                                                                                                                13-6-2018 M. Barbe

Compte-rendu lu et approuvé par les Représentants FCPE et PEEP, après éventuels ajouts, retraits, rectificatifs ou correctifs orthographiques effectués à leur demande.

***

Année scolaire 2018-2019

Rentrée des élèves : lundi 3 septembre 2018, 8h30

Horaires : Le service national scolaire fonctionne pour les élèves les lundi, mardi, jeudi et vendredi, de 8h20/30 à 12h00 et de 13h50/14h à 16h30, sous la seule et unique responsabilité des Instituteurs et du Directeur, sous l’autorité de M. l’Inspecteur d'académie du Rhône. Le service municipal périscolaire fonctionne pour les enfants les lundi, mardi, jeudi et vendredi, de 7h30 à 8h20, de 12h à 13h50 et de 16h30 à 18h, sous la seule et unique responsabilité du Coordinateur, sous l’autorité de M. le Maire de Caluire. 

Les activités post-scolaires fonctionnent le mercredi, de 13h30 à 16h30, sous la seule et unique responsabilité du Directeur, sous l’autorité de l’Amicale laïque de Caluire, dans le cadre d’une Convention avec la mairie.

 

RETOUR