RETOUR

Réunion du Conseil d’Ecole

Mardi 26 mars 2013 - 18h

Ecole Jean-Jaurès

1, place Jules-Ferry

69300 Caluire-et-Cuire

 

Tél. : 04 78 29 58 58 JeanJaurès@pplication

 

M. Barbe remercie tous les participants de leur présence, en particulier Mme Boulin, Maire-adjoint, chargée des Affaires Culturelles et du développement associatif, et excuse l’absence de Mme Glaizal, Inspectrice de l’Education Nationale (Circonscription “Caluire-Lyon4“ ), de M. Cochet, Maire de Caluire, et de M. Cuzin, Délégué Départemental de l’Education Nationale de Caluire.

Représentants élus des Parents d’élèves :

Présents : Mmes Despaigne, Gosse de Gorre, Quargnolo, Sousy, Tchikladze, Vicherat-Bardassier, M. Jorioz (7 P.E.E.P.) ; Mmes Coulet, Faiche, Fontaines-Pageaut, Rotta-Bori, MM. Monnier, Pujol, (6 F.C.P.E.). Absents excusés : Mmes Carey, Chazallet, Debeney, Fuentes, Haour (5 PEEP), Mme Poncet-Jeanne (1 FCPE).    

Instituteurs présents : Mmes Poncet, Bolénor, Géli, Goulier, Perrou, Rivoire, Thiercelin; Melles Devine, Giroudon; MM. Cavagna, Vigne (11). M. Letemple (1 Instituteur spécialisé - Regroupement d'adaptation). Mme Plouzeau (1 Psychologue scolaire). Mme Verne (1 Professeur de Musique). Absents excusés : Mme Laplace,  M. Veyet (Congés maladie), Mme Thibault (Bibliothécaire). Total des présents : 29.

. 18h15 : Présentation des missions du RASED et de ses membres (Réseau d’Aides aux Elèves en Difficultés)

M. Barbe présente Mme Plouzeau, nouvelle Psychologue de l’école, et M. Letemple, nouvel Instituteur spécialisé en charge du Regroupement d’adaptation, depuis cette Rentrée 2012. L’un et l’autre expliquent leur rôle et leur mission.

Ils travaillent en liaison étroite avec les Instituteurs de l’école, qui leur signalent tous les élèves en difficultés. Des aides sont ensuite prises en charge par M. Letemple, hors de la classe, en groupes de 3 à 5 élèves (GS, CP, CE1 en priorité), selon les difficultés identifiées. Des aides intérieures ou extérieures peuvent être éventuellement conseillées (AVS ou EVS, orthophoniste, suivi psychologique …), des orientations vers des classes ou des établissements spécialisés peuvent être éventuellement proposées. Mme Plouzeau et M. Letemple sont rattachés à Jean-Jaurès mais leur secteur d’intervention est très étendu. M. Letemple intervient à Caluire, au bénéfice des élèves de 8 écoles, et Mme Plouzeau intervient dans 16 écoles, maternelles et élémentaires. Comme tous les enseignants, ils sont tenus à un devoir de confidentialité.

Leurs interventions sont réparties par l’Inspection académique entre les écoles de Caluire selon les besoins de chaque école déterminés par eux-mêmes (nombre d'enfants rencontrant des difficultés scolaires et importance des difficultés). Le volume des interventions peut évoluer au cours de l’année, à la baisse ou à la hausse. M. Letemple précise qu'au vu des difficultés moindres rencontrées par ses élèves, le groupe scolaire Jean-Jaurès n’est pas prioritaire à Caluire (il y intervient, en cette période, deux demi-journées par semaine). M. Barbe ajoute qu'au vu des difficultés moindres rencontrées par ses élèves, le secteur de Caluire n’est pas prioritaire au niveau du département. M. Letemple précise que tout le Réseau d’aides n’intervient pas à Jean-Jaurès puisqu’aucun Instituteur spécialisé en rééducation, plus centré sur les difficultés de comportement des enfants, n’y intervient, lui-même étant plus centré sur les difficultés pédagogiques des élèves.

Les Parents peuvent contacter directement la Psychologue, Mme Plouzeau, au 04 78 29 42 18. Elle  n’intervient jamais sans l'autorisation des parents. M. Letemple n’intervient jamais sans en avoir informé les parents auparavant.

En réponse à une question de M. Monnier (FCPE), il est précisé par M. Barbe que, concernant les enfants fréquentant un internat, ce sont parfois les éducateurs qui assurent la liaison avec l’école, les parents n'étant pas toujours disponibles. A certains moments, la présence des parents est néanmoins indispensable et exigée.

. Sécurité extérieure de l’école (Questions PEEP)

- Mme Bardassier (PEEP) rend compte de la réunion qui a eu lieu sur la place Jules-Ferry, le lundi 18 mars, à 8h15 : étaient présents deux représentants du Sytral, Mme Boulin et M. Paturel (Adjoints au Maire), Mme Fuentes (PEEP), M. Barbe et elle-même.

Problème de stationnement gênant et dangereux des Bus TCL car empiétant sur un passage-piétons : des instructions vont être données à l’agent de sécurité pour qu’il intervienne et protège le passage quand c’est nécessaire.

Le problème de la formation des Agents de sécurité est à nouveau évoqué, de même que leur lien avec la Police municipale et leur respect des horaires. Il est à nouveau regretté qu’ils ne disposent plus d’un talkie-walkie leur permettant de joindre à tout moment la Police Municipale. M. Barbe dit être intervenu pour les horaires, bien que cela ne soit pas (plus) sa mission.

- Mme Tchikladze (PEEP) signale un panneau « Attention école » parallèle à la chaussée au lieu d’être perpendiculaire, en face de l'entrée de  l’immeuble « le Privé », rue de la Gare de Cuire. M. Barbe signale un feu tricolore parallèle à la chaussée au lieu d’être perpendiculaire (rue Henri-Chevalier).

. Sécurité extérieure de l’école (Questions FCPE)

- Afin d'alléger la circulation du matin rue Nuzilly, pourrait-on demander à ce qu'elle soit instaurée en sens unique (notamment à l'heure où les parents déposent et récupèrent les enfants)?

Mme Boulin transmettra la demande mais pense que ce n’est pas faisable, car soit elle est à double sens tout le temps, soit elle est à sens unique tout le temps, ce qui n’est pas possible. D’autre part elle estime que dans une rue à sens unique les voitures roulent encore plus vite et le danger est donc encore plus grand.

- L'emplacement des jeux devant l'école et près de la rue de la Gare de Cuire pose un problème de sécurité signalé par des parents : une large partie du parc situé côté « route » est totalement ouvert et des enfants peuvent échapper à la vigilance des parents très rapidement (ballon qui roule sur la chaussée). Serait-il envisageable d'installer une barrière en décalé (permettant de laisser passer les piétons et les poussettes), afin de sécuriser cet accès, les bancs n’étant pas suffisants (à la demande des parents, ce type de barrière en décalé existait sur l'ancienne place avant 2010)?

Mme Boulin prend bonne note et va faire remonter la demande auprès du Grand Lyon. Scandalisée par les comportements de certains, qu'elle ne constate jamais dans les pays anglo-saxons où ses enfants habitent et qu’elle qualifie donc de « typiquement français », elle profite de l’occasion pour lancer un appel à tous les parents d’élèves, quant au civisme indispensable de chacun en ce qui concerne les stationnements et la circulation en véhicule aux abords de l’école, et sollicite la vigilance de tous quant aux jeux parfois dangereux pratiqués par les enfants sur la place Jules-Ferry (enfants qui montent au sommet de la statue par exemple).

M. Barbe souligne une fois de plus toutes les « incivilités » constatées sur la place : portes d’entrée abritant des « activités commerciales » et toujours et encore utilisées comme urinoirs, boîtes aux lettres et panneaux d’affichage vandalisés, dégradation des protections en verre des spots qui éclairent la façade de l’école etc. Il pense qu’il va falloir se résoudre à installer des grilles en accordéon à chacune des 5 portes, après avoir déplacé les boîtes aux lettres dans la cour « Nuzilly » de préférence.

. Jeux dangereux (question FCPE) : M. Monnier (FCPE) demande si depuis le dernier Conseil d'école, des jeux dangereux ont à nouveau été repérés au sein de l'école?

En effet, un incident s’est à nouveau produit (enfant qui « joue à l'apnée »). Mme Bolénor (CE1) explique ce qui s’est passé et comment elle a traité le problème avec les enfants et avec les parents, en concertation avec M. Barbe. La « conduite à tenir » proposée lors du dernier Conseil a été suivie. Tous les parents de la classe ont été informés que la question avait été évoquée en classe par la Maîtresse. Au vu des réactions de certains parents et enfants, Mme Bolénor et M. Barbe pensent que la frontière entre « en faire trop ou pas assez » est difficile à trouver, de même que la frontière entre « jeu dangereux » et « jeu pas dangereux », en particulier dans le cas présent (l’apnée est demandée à la piscine). Ne pas en parler n’est pas la bonne solution. En parler n’est pas non plus obligatoirement et toujours la bonne solution. La procédure n’est pas abandonnée mais une attitude « au cas par cas » sera adoptée si le problème devait se présenter à nouveau.

. Réforme des rythmes scolaires : M. Barbe répond à des questions que certains parents lui ont posées :

Pourquoi un Conseil d’école extraordinaire n’a-t-il pas été réuni ? : ni les Représentants de Parents PEEP ni ceux de la FCPE, ni le Maire de Caluire n’ont demandé la réunion d’un Conseil d’école extraordinaire en décembre ou en janvier/février. Convoquer un Conseil extraordinaire revient à ajouter un 4ème Conseil aux 3 autres déjà prévus réglementairement. Le temps de chacun étant compté, M. Barbe lui-même ne l’a pas jugé utile, en l’absence d’informations officielles suffisantes.

Pourquoi  tous les parents de l’école n’ont-ils pas été sondés pour ou contre la semaine de 4 jours, comme en 2006 ? : ni les Représentants de Parents PEEP ni ceux de la FCPE, ni le Maire de Caluire n’ont manifesté le souhait d’organiser un tel sondage.

Pourquoi le Conseil d’école n’a-t-il pas été invité à se prononcer pour ou contre la semaine de 4 jours ? : contrairement à ce qui s’est fait régulièrement ces 20 dernières années, aucun avis ou vote du Conseil d’école pour ou contre la semaine de 4 jours n’a été demandé par quiconque. Les autorités académiques ont signifié aux écoles par instruction en date du 3 janvier 2013 que les Conseils d’école n'auraient pas à se prononcer sur l’obligation à travailler 9 ½ journées, cette obligation allant devenir le droit commun à compter du 1er septembre 2013, mais qu’ils pouvaient faire des propositions quant à l’organisation des 24h sur 4 jours ½.

Les Enseignants sont-ils défavorables à la semaine de 4 jours ? : ils n'ont pas été consultés ; mais depuis 20 ans, M. Barbe dit avoir noté que chaque fois qu’est organisée une consultation de la base des Enseignants, des Parents et des Maires, la semaine de 4 jours est en général plébiscitée. (Pour information : Sondage communal réalisé fin 2012 à Nice : 850 Enseignants sur 1200 et 80% des parents favorables au maintien de la semaine de 4 jours.).

Pourquoi cette réforme des rythmes scolaires ? : Des études effectuées par des chrono-biologistes démontreraient qu’un raccourcissement de la journée de classe améliorerait les résultats des élèves. Les responsables nationaux des associations de Maires, des associations de Parents et des syndicats d'Enseignants majoritaires, consultés par le gouvernement actuel et le précédent, sont très majoritairement défavorables à la semaine de 4 jours et favorables à la semaine de 4 jours 1/2.


Des études scientifiques ont-elles été effectuées pour comparer les résultats des élèves en semaine de 4 jours et ceux des élèves en semaine de 4 jours 1/2 ? : M. Barbe n’a pas connaissance qu’une telle étude ait été effectuée en France, entre par exemple les résultats des élèves des écoles du Rhône, qui sont presque toutes en semaine de 4 jours, pour beaucoup depuis 22 ans (1991), et ceux des écoles qui étaient sur la même période en semaine de 4 jours 1/2. Cependant, il précise que les résultats aux évaluations nationales des élèves des écoles du Rhône figurent parmi les meilleurs de France et n’ont en tout cas absolument pas été inférieurs à ceux des écoles des départements majoritairement en semaine de 4 jours 1/2 pendant ces 22 années. Par contre des enquêtes ont été effectuées qui démontreraient que les coupures du mercredi et du samedi/dimanche ont un effet bénéfique sur l’attention des enfants en classe (par exemple une étude effectuée par des scientifiques en 1994 à Paris pour « L’école pour demain »). Une autre enquête effectuée par 2 chercheurs aux USA (publiée en février 2012) compare les résultats de 4600 élèves des écoles du Colorado, dont certaines sont en semaine de 5 jours et d’autres en semaine de 4 jours : cette étude démontrerait que les élèves en semaine de 4 jours ont des résultats supérieurs en maths et en lecture par rapport à ceux qui sont en semaine de 5 jours.

Rappel historique : la coupure du milieu de semaine a 130 ans : en effet, elle a été mise en place pour permettre aux enfants de suivre une instruction religieuse (loi du 28 mars 1882 sur l’enseignement scolaire). Initialement le jeudi, cette interruption est passée au mercredi en 1972.

A la demande des représentants PEEP et FCPE qui regrettent le manque d'informations et souhaitent faire le point sur la situation, le sujet des Rythmes scolaires se trouve à nouveau à l’ordre du jour après l’avoir été au Conseil du 27-11-2012.

M. Barbe présente toutes les informations dont les écoles disposent, c'est-à-dire guère plus que celles dont les parents et leurs Représentants disposent eux-mêmes.

En préambule, il rappelle en détails l’organisation actuelle du temps journalier et hebdomadaire des enfants, à Caluire en général et à Jean-Jaurès en particulier, pendant les périodes scolaires, et présente précisément le cadre du débat à ce jour (26 mars 2013).

Temps ante-scolaire facultatif : Pédibus : Temps parental privé. Totalement géré par des parents volontaires. Aide matérielle de la Mairie. Aucune implication ni responsabilité des Enseignants et du Directeur. N’existe pas à Jean-Jaurès.

7h30-8h30 - Accueil du matin dans l’école : activité payante organisée par une Association subventionnée par la Mairie.

Aucune implication ni responsabilité des Enseignants et du Directeur. Existe à Jean-Jaurès. N’existe pas dans toutes les communes.

Temps scolaire obligatoire : 8h30-11h30 : Apprentissages en classe. Temps « Education nationale », sous la responsabilité des Enseignants et du Directeur.

Temps péri-scolaire facultatif : 11h30-13h45 : Cantine et pause méridienne. Activités payantes. Temps « Municipal », sous la responsabilité d’une personne employée par la Municipalité (le Directeur, si volontaire, c’est le cas à Jean-Jaurès). Surveillance : par des personnes employées par la Municipalité, recrutées par le Directeur (Personnes extérieures et Enseignants si volontaires). A Jean-Jaurès, le Directeur dirige mais participe aussi à la surveillance ; il est donc présent tous les jours à la cantine. Cette année, aucun Enseignant impliqué. N’existe pas dans toutes les communes.

Temps scolaire obligatoire : 13h45-16h45 : Apprentissages en classe. Temps « Education nationale », sous la responsabilité des Enseignants et du Directeur.

Temps post-scolaire facultatif : 16h45-18h : Etude. Activité gratuite. Temps « Municipal », sous la responsabilité d’une personne employée par la Municipalité (le Directeur si volontaire, c’est le cas à Jean-Jaurès). Surveillance : par des personnes employées par la Municipalité (Personnes extérieures et Enseignants si volontaires), recrutées par le Directeur. Cette année 5 enseignants volontaires assurent la surveillance de 6 des 19 heures d’étude organisées pendant la semaine (5 le lundi, 5 le mardi, 5 le jeudi et 4 le vendredi). N’existe pas dans toutes les communes.

Temps extra-scolaire facultatif : Activités du mercredi : 9h30-11h30 et 13h30-16h30 : activités payantes organisées par une Association subventionnée par la Mairie. Dirigée par le Directeur, si volontaire (c'est le cas à Jean-Jaurès), animées par des personnes employées par l’Association, recrutées par le Directeur (Personnes extérieures et Enseignants si volontaires; Directeur si volontaire, c’est le cas à Jean-Jaurès). N’existe pas dans toutes les communes.

En résumé : Durée du temps scolaire : 6h par jour x 4 jours - Durée de la cantine + pause méridienne (temps périscolaire) : 2h15 - Durée de la journée d’école : 7h30-18h = 10h30.

Particularités :

. Aide personnalisée (Education Nationale) : effectuée par les Enseignants auprès des élèves en difficultés, sous la seule responsabilité des Enseignants et du Directeur, pendant le temps périscolaire (cantine et pause méridienne) et postscolaire (étude).

. Intervenants employés et recrutés par la Municipalité (musique, bibliothèque, sport, piscine) : interviennent dans les classes sur le temps scolaire, sous la responsabilité et l’autorité permanentes des Enseignants et du Directeur. N’existent pas dans toutes les communes.

. Activités Sportives, Musicales, de Bibliothèque et Salle des élèves organisées pendant la pause méridienne et pendant l’étude (11h par semaine en 2012-13, à Jean-Jaurès), en même temps que la surveillance (si animateur(s) absent(s) ou en retard, enfants pris en charge par les surveillants) : financées par la Mairie et par l’Etat, dirigées bénévolement par le Directeur d’école si volontaire (c’est le cas à Jean-Jaurès), animées par des personnes employées par la Mairie, recrutées par le Directeur (Personnes extérieures et Enseignants si volontaires). A Jean-Jaurès, en 2012-13, les 11h d'activités sont animées par 4 adultes spécialistes, diplômés de l'activité qu’ils animent, dont 3 pour 7h, qui sont des repères et des références pour les enfants (« connus » d’eux car exerçant une autres fonction dans l’école, stables, et donc « cadrants »), dont 1 Enseignant pour 2h sur 7. N’existent pas dans toutes les communes. 

. Activités Sportives et de Bibliothèque  organisées pendant l’étude (2h + 2h), en même temps que la surveillance (si animateur(s) absent(s) ou en retard, enfants pris en charge par les surveillants) : activités gratuites organisées par des Associations subventionnées par la Mairie.  Dirigée bénévolement par le Directeur si volontaire (c’est le cas à Jean-Jaurès). N’existent pas dans toutes les communes.

. Service Municipal d’Accueil en cas de grève des Enseignants  (« temps municipal » sans aucune implication ni responsabilité des Enseignants et du Directeur, fonctionnant de 8h30 à 18h pour les enfants « sans classe » accueillis en même temps que les élèves « en classe », dans les mêmes bâtiments mais jamais ensemble dans les mêmes salles) : existe dans toutes les communes depuis la Rentrée 2008, mais toutes ne l’organisent pas dans les écoles comme c'est le cas à Caluire.

Le Décret gouvernemental réformant les rythmes scolaires est paru le 24-1-13 et la Circulaire organisant le temps de travail des Enseignants hors de la classe est parue le 4-2-13.

Le Décret du 24-1-13 : La réforme des rythmes scolaires poursuit deux objectifs : « Mieux apprendre et favoriser la réussite scolaire de tous. La réussite des enfants à l’école primaire dépend pour une part essentielle des conditions dans lesquelles se déroulent les apprentissages. Il s’agit d'assurer un plus grand respect des rythmes d’apprentissage et de repos de l’enfant. » (Site du ministère de l’éducation nationale).

Le décret ne sera appliqué qu’à partir de la Rentrée 2014, à Caluire (décision du Conseil Municipal en date du 4-2-13) comme dans 55 communes du Grand Lyon sur 58 et comme dans 295 communes du Rhône sur 300 (le décret sera appliqué à la Rentrée 2013 dans 3 communes du Grand Lyon : Saint-Fons, Feyzin et Irigny et dans deux autres communes rurales du Rhône : Saint-Loup et Saint-Jean-La-Bussière).
Il maintient 24h de classe par semaine et 36 semaines de classe par an (soit 36x24=864h + 108h pour les enseignants).Ces 24h sont obligatoirement réparties sur 4 jours et demi dans les écoles publiques (liberté de répartition dans les écoles privées) : lundi, mardi, mercredi (ou samedi par dérogation), jeudi et vendredi. Il impose un Maximum de 3h30 de classe par demi-journée, une pause méridienne (cantine) d'au moins 1h.30 et une journée de classe de pas plus de 5h30 par jour (au lieu de 6h actuellement).

La Circulaire du 4-2-13 : A compter de la Rentrée 2013, les Enseignants n'effectueront plus que 36h annuelles d’« activités d’aide personnalisée » (qu’on appellera désormais « activités pédagogiques complémentaires ») auprès des élèves en difficultés, contre 54h annuelles depuis la Rentrée 2008. Les Enseignants consacreront les 18 heures supprimées à d’autres activités de concertation obligatoires (Total inchangé de ces heures hors classe : 108 heures).

Conséquence pédagogique de la Circulaire ministérielle du 4-2-13 : à partir rentrée 2013 : diminution de l’aide personnalisée aux élèves en difficulté (exemple : pour une école de 11 classes, 198 h annuelles de moins).

Conséquences pédagogiques du Décret gouvernemental du 24-1-13 :

Quelle que soit l’organisation choisie, diminution du temps scolaire de l’après-midi = disparition des sorties de classe (les horaires n’étant plus compatibles avec les déplacements), diminution des créneaux de piscine et d’installations sportives. Sans doute plus de récréation l'après-midi. Si choix du mercredi : disparition des activités du mercredi matin (à Jean-Jaurès : disparition du Club d’échecs et de l'initiation à la langue anglaise organisée par l’Ascal).

Le changement majeur : Le temps scolaire obligatoire diminue au minimum de 30 minutes par jour (si l’on décide de programmer 2h de classe le mercredi ou le samedi matin) ou bien de 45 minutes par jour (si l’on décide de programmer 3h de classe le mercredi ou le samedi matin).

Le Décret prévoit que c’est la Mairie qui propose un Projet d'organisation de la semaine scolaire pour ses écoles publiques et que c’est le Directeur académique qui décide l’organisation de la semaine scolaire pour ces mêmes écoles.

En réponse aux Représentants PEEP et FCPE des parents d’élèves, M. Barbe précise que depuis la publication du Décret aucun avis ou vote du Conseil d’école n’a été demandé par la Mairie sur un Projet de nouvelle organisation de la journée et de la semaine scolaire et à aucun moment les Instituteurs de l’école n'ont été consultés par quiconque sur un Projet de nouvelle organisation de la journée et de la semaine scolaire, en application du Décret.

Cependant, une concertation devrait sans doute avoir lieu prochainement entre les Parents, les Enseignants et la Municipalité. Mais une certitude, cette concertation concernera uniquement l'organisation de la nouvelle semaine scolaire de 4 jours 1/2 (et non un maintien de la semaine de 4 jours).

Mme Boulin (Adjoint au Maire) confirme qu’une concertation entre tous les partenaires (Mairie, Parents, Ecoles et Associations) aura bien lieu en effet, à partir du mois de mai 2013.

M. Barbe précise qu’il existe un Projet de nouvelle organisation de la journée et de la semaine scolaire, établi en concertation par les 58 communes du Grand Lyon, dont Caluire, et que ce Projet prévoit un allongement du temps périscolaire de 45 minutes par jour (cantine et pause méridienne), en remplacement de 45 minutes en moins de temps scolaire, et 3h15 de classe le mercredi matin (La Ville de Paris avait fait le même choix mais finalement le Conseil Municipal de Paris a validé un Projet applicable dès 2013, avec allongement du temps post-scolaire – Décision du 26-3-13).

Adapté à Caluire (car Lyon n’a pas actuellement les mêmes horaires de fonctionnement que Caluire), ce Projet pourrait aboutir à cette organisation qui n'est qu’une hypothèse au conditionnel, car absolument rien n’est décidé à ce jour (ce que confirme Mme Boulin) :

Durée du temps scolaire : 5h15 par jour (au lieu de 6h actuellement)  x 4 jours : 3h le matin (8h30-11h30) et 2h15 l’après-midi (14h30-16h45). Durée de la cantine + pause méridienne (temps périscolaire) : 3h - Etude : 16h45-18h.

Durée de la journée d’école : 7h30-18h = 10h30 (comme actuellement). Classe le mercredi : 8h30-11h45 soit 3h15.

Total du temps de classe par semaine : 24h15 (mais 3 mercredis matin sans classe pendant l’année ce qui revient à presque 24h par semaine).Temps passé à l’école en collectivité identique à celui passé actuellement, augmenté du mercredi matin.

Les Représentants PEEP et FCPE manifestent une forte demande de concertation.

Choix qui devraient être soumis à Concertation entre la Mairie, les Parents et les Ecoles :

Choix du mercredi matin ou du samedi matin ? Maintien des activités extra-scolaires l’après-midi du mercredi ? Fonctionnement de la cantine si le mercredi est choisi ?

30 minutes de classe en moins par jour (donc 2h de classe le mercredi ou le samedi matin) ou bien 45 minutes en moins (donc 3h le mercredi ou le samedi matin) ? 3h le mercredi matin ou bien 3h15 et 3 mercredis matin libérés (pour permettre les animations pédagogiques des Enseignants) ou bien 3 h le samedi matin ?

Journée d’école inchangée (7h30-18h) ou bien réduite de 30 ou 45 minutes ? Si inchangée, cela signifie : allongement de 30 ou 45 minutes du temps périscolaire (cantine / pause méridienne) ou du temps postscolaire (étude) ?

Si choix d’allonger le temps périscolaire : le temps de cantine (pause méridienne) augmente de 30/45 minutes : 2h45/3h au lieu de 2h15. Nouvelle organisation de ce temps municipal à mettre en place par la Mairie. Si choix d’allonger le temps post-scolaire : le temps d’étude augmente de 30/45 minutes : 1h45/2h au lieu de 1h15. Nouvelle organisation de ce temps municipal à mettre en place par la Mairie.

Que font les enfants pendant ces 30/45 minutes ? Quelles activités ? Et avec qui ?

Qualité, quantité des animateurs encadrant les enfants; absences/retards éventuels des animateurs ? Qui dirige et coordonne ?

Application ou non des nouvelles normes d’encadrement des activités péri et post-scolaires (Décret en cours) ? : - de 6 ans : 1 animateur pour 14 au lieu de 1 pour 10 enfants actuellement ; + de 6 ans : 1 animateur pour 18 au lieu de 1 pour 14 enfants actuellement.

Quelles activités ? Et où ? Avec quels moyens ? Quels locaux ? Utilisation des salles de classe ?

Financement à budget municipal « Ecoles publiques » constant ? Coût éventuel pour les parents ?

Les réponses à ces questions intéressent bien sûr les Enseignants, car les choix qui seront faits auront bien sûr une influence sur la gestion de leur travail personnel et d’équipe, sur la gestion du temps scolaire qui suivra ce nouveau temps périscolaire ou postscolaire, sur le comportement de leurs élèves et de leur classe.

Par exemple : Si la pause méridienne est allongée et les classes occupées pendant cette pause, les Enseignants ne peuvent plus y travailler, y préparer leur enseignement, y préparer leurs tableaux, y corriger leurs cahiers, s’y concerter avec leurs collègues… et vont donc rentrer chez eux : perte importante pour l'école, et donc pour les élèves, de travail bénévole et de travail en équipe.

Si classes occupées pendant la pause méridienne, classes à ranger à 11h30, classes dérangées pendant la pause, classes à ranger à 14h30. Si la pause méridienne est allongée : augmentation du nombre de personnes en contact avec les enfants, augmentation du nombre de transitions, de distribution, de transmission d’élèves entre adultes : indiscipline favorisée des élèves pendant la pause puis à 14h30. Pas de coupure du mercredi : élèves fatigués jeudi et vendredi.

Mais l’organisation et la gestion d’un éventuel nouveau temps périscolaire ou postscolaire relève de la seule responsabilité de la Mairie, puisqu’il s’agit d’un temps municipal dans lequel les Enseignants n’ont aucune obligation de s'impliquer.

(Observation « accessoire » : l’application du décret aura des conséquences personnelles pour les Enseignants (à partir rentrée 2014) : étendue de la journée équivalente et étendue de la semaine allongée. Présence une ½ journée de plus à l’école ce qui entraîne transports, et gardes d’enfants en plus.)

La mise en œuvre de la réforme semble difficile à beaucoup (voire impossible, en raison d’un manque d’animateurs compétents disponibles et d’un manque de moyens) - à moins, en particulier pour maintenir le cadre, de mobiliser dans le périscolaire méridien, tous les Enseignants dans toutes les écoles, ce qui n’est pas envisageable - pour un gain quasi nul dans tous les cas, la journée d’école de l’enfant étant in fine aussi longue et sa semaine plus longue.

. Communiqué de Mme Vicherat-Bardassier (Vice-Présidente du Comité des Fêtes) :

La soirée « Bowling » du 15 février 2013 fut vraiment conviviale. Le Carnaval du 22 mars fut superbe et ensoleillé.

Le Vide-Greniers, 7ème édition : Samedi 13 avril 2013 matin et après-midi :

le Comité des Fêtes a besoin d'hommes pour aider de 7h à 9h ! Merci de vous faire connaître auprès du Directeur.

Rappel : La Fête de l’Ecole, 21 ème édition : Samedi 29 juin 2013, à partir de 16h.

. La réalisation de la fresque murale des « Quatre-vingts ans de l'école Jean-Jaurès » a commencé.

. L’ensemble du Conseil d’école adresse ses félicitations au Service municipal de restauration scolaire, qui se classe pour son respect des normes en vigueur, 1er de Rhône-Alpes et 4ème de France, avec une note de 19.9 sur 20, dans un classement établi par le magazine « Que choisir ? », à partir d’une analyse des menus annoncés.

M. Barbe remercie tous les membres du Conseil d’école et lève la séance à 20h10.                                  

                                                         Le Président,  M. Barbe

   28-3-13 

 

RETOUR