RETOUR


1933 - 2013

Les Quatre-Vingts ans

de l'Ecole Jean-Jaurès

L'inauguration a eu lieu en octobre 1933
mais l'école fonctionnait déjà depuis octobre 1931.
Elle a donc 82 ans en 2013 et avait 72 ans en 2003 !

Affiche-Jean-Jaures.jpg

 


Ecole Jean-Jaurès - 1935-36 : Classe de M. Chapuis : 51 élèves... La classe !!

Monsieur B. Chapuis qui apparaît sur la carte postale qui se trouve à la fin de cette page (11ème numéro de l'Arbre de Noël 1934 : La Pipe)

Album de Photos : http://www.ecolejeanjaurescaluire.asso.fr/ALBUM/Talbum.htm



Dans les années trente...

Une classe de l'école libre de Cuire

La gare de Cuire
(en face de l'école, côté infirmerie protestante)

L'inauguration de l'école Jean-Jaurès
le dimanche 1er octobre 1933

L'école Jean-Jaurès dans les années 30

 

L'école Jean-Jaurès, ailes déployées, en 2011

L'école Jean-Jaurès illuminée pour la 1ère fois, le 8 décembre 2011

Le mur de la cour de récréation "Coste"
dans les années 30

Le mur de la cour de récréation "Coste"
en mars 2013

Une belle et longue page blanche offerte par la Mairie

55 m de long,
environ 2 m 75 de haut en moyenne,
150 m2


La Fresque des Quatre-Vingts ans
de l'Ecole Jean-Jaurès


Notre artiste en résidence :

Martine Burianne
(avec une Maman très impliquée)


Avril 2013

Carroyage

http://fr.wikipedia.org/wiki/Carroyage


 

 

 

 

 


Tutorat CM2 - CP


 Les dessins des enfants cernés : 6 mai 2013

La peinture, à travers les gouttes de pluie, 17 mai 2013

L'artiste en son atelier

Les artistes !

 

 

   

   


2000-2013

24 mai 2013

Élodie Bouton


3 juin 2013

6 juin 2013

Le temps des adultes

 

L’arbre au centre de la fresque est un Vitex agnus-castus (appelé aussi "Arbre au poivre" ou "Gattilier")

Le Vitex agnus-castus 'Alba' a des inflorescences blanches.  Le Vitex agnus-castus 'Rosea' a des inflorescences roses.


A FRESCO

Petit journal de la fresque  de l'école Jean-Jaurès 

Printemps 2013

Classe de CM1 de Fabienne LAPLACE


Martine Burianne est venue dans la classe pour nous dire que l’on allait faire une fresque. Elle nous a expliqué d’où vient le mot " fresque ": les Italiens mettaient du plâtre sur un mur et pendant que le plâtre était encore frais ils jetaient des pigments de couleur. Et ils appelaient ça «fresco», ce qui a donné « fresque » en français. Chiara Duterne

Fin mars, Martine Buriane, notre artiste-peintre est venue voir toutes les classes de notre école pour, d’une part, se présenter, mais, d’une autre, pour nous expliquer le déroulement de la réalisation de la fresque. Lucille

C’est Martine Burianne notre artiste. Un jour, elle est venue pour nous dévoiler la nouvelle et fameuse fresque dans notre classe. Ceux qui ne voyaient rien derrière pouvaient venir devant. Martine nous a expliqué qu’elle avait mis le plus de dessins possible sur la fresque, et que ce n’était pas elle qui la ferait mais les enfants. Puis elle nous a demandé de fermer les yeux pour qu’elle mette les panneaux de la maquette.

C’est trop joli ! Perle

 

Première séance avec Martine Burianne notre artiste :

Martine est venue dans notre école avec une maquette en nous expliquant que le mur rue Coste avait été repeint tout en blanc.    Marie Amélie

Martine Burianne, notre artiste de la fresque est venue pour une séance avec nous. Déjà la porte franchie j’étais éblouie car j’ai beaucoup de respect pour elle. Alors j’attendais de voir sa maquette. Avant de la montrer, elle nous a expliqué 3 petites choses à propos de la fresque. Puis elle nous a montré la maquette. Alors là c’était magnifique et puis il y avait mon dessin dedans ! Elle a fait un superbe montage pour placer les dessins.  Anali Vassaf

C’était dur mais c’était bien. Je ne savais pas ce que ça allait donner de loin. Au début, je ne savais pas comment on allait s’orienter par rapport aux médianes mais à la fin j’ai compris. Quand j’ai tracé ça me faisait bizarre de dessiner sur un mur. J’ai trouvé ça super de travailler en équipe. Nous ne POUVIONS PAS dessiner sans les médianes. Chiara Duterne

 

J’ai adoré, je me suis bien amusé.

J’ai bien vérifié.

J’ai bien dessiné.

J’ai bien tenu la règle. Dorian

J’ai bien aimé. Thomas

 

J'ai adoré. Surtout au moment où on a dessiné le carroyage. Et on s’est surtout bien amusé. Mais c’était pas très pratique car on avait le soleil dans les yeux… Il fallait que les diagonales et les médianes soient très droit. On les a tracées à la craie jeune. Puis on a dessiné à la craie bleue mais d’abord on mettait des points en guise de repères. Mais ça ce n’est que le début. Anali Wassaf

Heureusement qu’il n’a pas plu, sinon la séance aurait été annulée. Je trouve que c’est bien quand des adultes nous aident mais… c’est mieux quand c’est nos parents ! Super ! Une heure de classe en moins! Même si Mme Laplace nous a bien dit que c’est comme quand on est en classe, moi je vois ça comme une récréation en mieux. L’adulte qui nous a aidés était la maman de Kéwan. Lucille

 

J’ai bien aimé, sauf que j’ai presque rien fait ; mais le principe c’est que tout le monde a participé. Léonardo

J’aurais bien aimé faire plusieurs carrés mais ce n’est pas possible car il faut en laisser pour les autres. J’ai vraiment adoré faire notre carré. Harry

C’était SUPER!!! Ce que j’ai le plus aimé c'est quand nous avons commencé à dessiner. Pour moi, c’était un vrai moment de bonheur. Voilà comment nous avons procédé.

       L’artiste nous a expliqué comment faire; il y avait un carré dessiné au tableau. Après elle nous a donné un carré. Il fallait tracer des diagonales puis des médianes.

       Nous sommes descendus dans la cour rue Coste. On a commencé à tracer les diagonales et les médianes (sur le mur). J’ai trouvé ça bizarre de dessiner sur un mur car à la maison j’ai pas le droit ! Albane

J’ai bien aimé dessiner sur le mur. Gauthier

J’ai trouvé ceci très bien, j’ai adoré faire ce travail. Surtout que j’adore dessiner; et maintenant, je sais faire encore plus de choses mais je ne sais pas encore tous les secrets du dessin, et j’ai hâte d’apprendre de nouvelles choses passionnantes. Le carroyage m’a fait penser au drapeau de l’Angleterre. Alicia

J’ai bien aimé le moment où on traçait les médianes et les diagonales; nous (mon groupe, on a tracé un chapeau, les traits ça s’appelait le carroyage. Et puis on s’est bien amusé.» Kéwan Doloty Milo Grichka

Au début nous avons tracé des diagonales et des médianes. Mon groupe et moi, on a tracé une tête, et on s’est aidé de points pour relier et d’une fiche. En tout cas j’ai adoré faire cette expérience.» Méline Ardoiun

J’ai bien aimé mais quand ce fut mon tour j’ai vu que c’était un peu dur. Mais je me suis bien amusé. Mattéo

 

C’était super!

De près (notre équipe) on ne voyait pas très bien.

Après, de loin, c’était super beau.

En couleur, ce sera bien mieux.

J’ai super bien travaillé.

Louise

 

C’est vraiment super la fresque ! Au début, je ne savais pas trop ce qu’il fallait faire; ensuite je savais qu’il fallait peindre, mais je ne me repérais pas très bien. Et c’est assez difficile ! Mais on s’habitue vite ! La première fois que je suis allée peindre, tout le monde se mettait de la peinture sur les blouses et les T-shirts; pendant la séance, on entendait: « Tu peux me mettre un peu de bleu s’il te plaît ? Ah, et aussi un peu de rose là! » A la fin de la séance, quand on a enlevé nos blouses, on voyait que Kenwood

s’était tartiné les fesses de peinture ! En tout cas, on s’est bien amusés.

Lucille, le 11 juin

Le carroyage

C’était super bien! Mais c’est du travail, il faut :

Faire le nœud,

Ne pas dépasser,

Bien peindre,

Ne pas se tacher…

Et monter, descendre, monter, descendre, aller reprendre de la couleur, trouver la bonne couleur, et ne pas se tromper, ne pas mélanger les peintures…

Mais à part ça, on s’est vraiment bien amusés !

 

C’était SUPER !!! 1 heure de bonheur. Formidable

trop bien

énorme

génial

Lucas




27 juin 2013 Rideau !




1er juillet 2013

Photos par Serge Martinez, photographe officiel de l'école Jean-Jaurès


Le discours du Directeur


M. le Premier adjoint au Maire de Caluire, M. le Conseiller Général, M. le Maire adjoint aux affaires scolaires, Mme le Maire adjoint aux affaires culturelles, Mme l’Inspectrice de l’éducation nationale, M. le Délégué départemental de l’éducation nationale, Mme la Conseillère pédagogique, Mmes et Messieurs les anciens, élèves et Instituteurs, Melles et Messieurs les élèves, Mmes et MM. les parents et grands-parents d’élèves, Mmes et MM. les Instituteurs, Monsieur le Directeur de l’école internationale (ancien élève et ancien Maître de l'école Jean-Jaurès),

 

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,

Merci à tous d’avoir bien voulu honorer de votre présence cette petite cérémonie, malgré l’heure et le jour qui ne sont pas les plus commodes pour beaucoup.

Nous sommes réunis pour fêter le 80ème anniversaire de l’école Jean-Jaurès.

Monsieur l'Adjoint aux Affaires scolaires, vous souhaitez nous dire quelques mots au sujet de l'anniversaire et de l’histoire de cette école que vous connaissez très bien, puisque vous l'avez dirigée pendant 16 années, de 1979 à 1995… je vous laisse donc la parole bien volontiers… après M. le Premier Adjoint...

M. Barbe




Discours de M. Tollet, Premier adjoint au Maire

  à droite, M. Alain Jeannot, Conseiller Général


Monsieur le Conseiller Général,

Monsieur le Directeur de l’école élémentaire Jean-Jaurès

Madame la Directrice de l’école maternelle Jean-Jaurès

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,

Je vous prie tout d’abord de bien vouloir excuser l’absence de Monsieur Philippe COCHET, Député-Maire de Caluire et Cuire. Il aurait beaucoup aimé être parmi nous aujourd’hui mais a malheureusement dû faire face à un impondérable de dernière minute auquel il n’a pu se soustraire. C’est pourquoi il nous a demandé à mes collègues adjoints et conseillers municipaux, et moi-même de le représenter, ce que, vous vous en doutez, nous avons bien volontiers accepté.

C’est en effet un grand plaisir pour nous que celui de vous retrouver ce soir pour célébrer les 80 ans de l’école élémentaire Jean Jaurès et découvrir la fresque que les élèves ont réalisée pour fêter dignement ce bel anniversaire. Je tiens à vous remercier vivement Monsieur le Directeur pour cette heureuse initiative.

Cette belle œuvre collective témoigne de l’attachement que les élèves ont pour leur école et fait écho à une préoccupation majeure de notre équipe municipale : celle de réunir toutes les conditions pour accueillir les petits Caluirards dans des écoles agréables, confortables, bien équipées et sécurisées.

Je tiens à adresser nos très chaleureuses félicitations aux artistes en herbe, à leur équipe pédagogique et bien naturellement à vous, Monsieur le Directeur.

Je ne m’étendrai pas davantage et cède maintenant la parole à M. Maurice JOINT, adjoint délégué à l’administration générale et aux affaires scolaires.


Discours de M. Joint, Adjoint aux Affaires Scolaires

M. Joint, entouré de Mme Martine Glaizal, Inspectrice de l'Education Nationale,
et de Melle Marcelle Duchassin, ancienne élève,
qui réussit son Certificat d'études, à "Jean-Jaurès", en 1931,
toutes les deux également présentes aux 70 ans de l'école en 2003.

Comme vous l’avez rappelé, Monsieur le Directeur, 16 ans dans cette école, c’est vrai que cela marque ma carrière et j’ai toujours beaucoup de plaisir à y revenir.

Aujourd’hui, je suis entouré d’une personne qui mérite toute notre estime, surtout qu’elle a certainement un secret de longévité. Il s’agit de Melle Duchassin qui était élève de l’école Jean-Jaurès lorsque celle-ci était implantée rue de Mailly. C’était une école à classe unique. Mais, Melle Duchassin,  c’est seulement en 1931 que vous êtes arrivée dans des bâtiments flambant neufs, ceux de cette école, inaugurés en octobre 1933.

Et pour cette inauguration, Monsieur de Monzie, le Ministre de l’Education Nationale de l’époque, était présent. Je voudrais citer très rapidement un passage de son discours : « Il faut s’efforcer de doter l’enfant d’un savoir de base qui doit être le viatique de toute son existence. Apprendre, oui, apprendre à lire c’est bien, mais avoir le goût de lire c’est tout ». Je vois la bibliothécaire de l’école qui hoche la tête. C’est vrai qu’à Jean-Jaurès on apprend bien à lire et je suis convaincu que les propos de M. de Monzie y sont toujours d’actualité.

Melle Duchassin, non seulement vous étiez présente en 1933, mais vous l’étiez aussi le 17 octobre 2003, sur la place Jules-Ferry, accompagnée de M. Alain Jeannot, qui était le Maire de Caluire à l’époque, et nous avions fêté dignement les 70 ans de l’école. Il y avait eu un envol de ballons et dans les discours on avait dit : « Cette place sera un jour celle de la lumière ». Notre Député-Maire, Philippe Cochet, a eu l’excellente idée de la faire aménager (Note de M. Barbe : rentrée scolaire 2010) et de mettre en lumière la façade de l’école (Note de M. Barbe : 8 décembre 2011), car elle se trouve à la porte de notre ville et méritait donc une façade particulièrement agréable, accompagnée d’une place où il fait bon vivre, et je sais que vous êtes nombreux à en profiter.

Je voudrais citer une phrase prononcée sur la place par Melle Duchassin, le 17 octobre 2003 : « Puissent les écoliers de 2003 de l’école Jean-Jaurès connaître, avec d’autres moyens, d’autres méthodes, ce temps heureux de l’école primaire, auprès de leurs enseignants compétents et dévoués ». Melle Duchassin, je suis persuadé que votre vœu a été respecté et qu’on peut le renouveler pour les années à venir, car il suffit de regarder la joie qui brille dans les yeux de nos enfants pour savoir qu’ils sont heureux à Jean-Jaurès et j’ajouterais, dans toutes nos écoles.

Aujourd’hui,  l’école Jean-Jaurès revêt ses beaux habits pour fêter ses 80 ans. Alors c’est vrai qu’elle s’est faite belle à l’extérieur, mais je n’oublie pas que c’est à l’intérieur, dans les classes et les cours, que de nombreuses personnes travaillent tous les jours, très discrètement mais efficacement, au service de vos enfants. Et je voudrais les citer pour leur rendre hommage : les personnels de service, les agents de la restauration, le gardien, les agents spécialisés des écoles maternelles, les agents de sécurité et, bien entendu, les enseignants, car en effet ils sont à l'origine de tous les apprentissages. Vous tous, d’une manière ou d’une autre, vous apportez à nos enfants non seulement le savoir, mais également l'apprentissage de la citoyenneté, du vivre ensemble, du respect des biens et des personnes et, n’oubliez jamais, Mesdames et Messieurs, que c’est à l’école que se forgent le destin des hommes et l’avenir de la nation.

Pour terminer, Monsieur le Directeur, il se trouve qu’aux 70 ans de votre école, Monsieur Philippe Cochet avait dit en tant que Député : « Félicitations à l’équipe de Monsieur Barbe pour les 70 ans exceptionnels de son école ». Alors, permettez-moi de reprendre ces propos à mon tour et de dire : « Félicitations à l'équipe de M. Barbe pour les 80 ans exceptionnels d’une école qui reste une référence pour la République. Vive l’école, Vive la République et Vive la France.




Suite du discours du Directeur, M. Barbe

Monsieur Alain Jeannot, selon la courtoisie républicaine, un Maire qui a marqué la vie de sa commune continue d’être appelé "Monsieur le Maire"…

Monsieur le Maire donc, il y a exactement 13 ans,  vous inauguriez avec nous la Fresque réalisée par les élèves de l’an 2000, qui a égayé ce mur jusqu’au mois d'avril 2013, et il y a exactement 10 ans, vous célébriez avec nous les 70 ans de l'école Jean-Jaurès, au cours d’une fête que vous aviez voulu grandiose. 

cliquer sur : 1933 - 2003 : Soixante-dix ans de l'école Jean-Jaurès

Aujourd’hui, vous êtes à nouveau parmi nous pour inaugurer la nouvelle Fresque que l’école a souhaité créer pour illustrer sur ce même mur ses 80 ans.

Merci Monsieur le Maire de votre présence et de votre soutien fidèle à l’école Jean-Jaurès et en particulier à son club d’échecs dont vous êtes l’un des parrains.

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,

La Fresque murale que vous allez découvrir dans quelques minutes est l’une des réalisations concrètes du Projet de l’école Jean-Jaurès (j’emploie le mot FRESQUE mais c’est un abus de langage que je vous demande de bien vouloir me pardonner Mme l’Inspectrice, Mme la Conseillère, car on doit toujours nommer les choses par leur véritable nom, il s’agit donc ici, d’une peinture murale et non d’une fresque).

Les premiers dessins ont été réalisés en janvier 2013, puis les plans et les maquettes se sont succédé, et les travaux sur le mur ont commencé le 3 avril (carroyage, dessin, peinture)  pour se terminer mercredi dernier, 26 juin, malgré la pluie qui nous a beaucoup perturbés, sans nous faire perdre trop de temps cependant.

Tout a commencé par un projet pédagogique conçu, organisé et mis en place par les Instituteurs (et je tiens à remercier en particulier Mme Goulier, Maître-formatrice, qui nous a efficacement dirigés), projet que vous avez soutenu, Mme l'Inspectrice (merci de votre aide et de votre soutien permanent, nos meilleurs souhaits vous accompagnent, Madame, dans votre nouveau départ), et auquel la mairie de Caluire a accordé un financement important. Merci Monsieur le Maire-adjoint de transmettre nos plus vifs remerciements à Monsieur le Député-Maire.

D’autant plus que ce projet n’aurait pu être mené à son terme sans l’aide matérielle et technique des services  de la Mairie représentés ici par notre gardien, M. Raffin, et par M. Villar, que je remercie aussi vivement pour leur disponibilité et leur aide précieuses. Merci à MM. Picard et Scandola responsables du Centre Technique Municipal pour leur écoute permanente et leur patience face à nos multiples demandes.

Cette peinture murale, longue de 55 m et haute de 2 m 75 en moyenne (soit 150 m2 de surface, certainement la plus grande fresque scolaire d’Europe, selon M. Vigne ! ... la précédente était plus courte de 15 m et ne faisait que 110 m2) est le fruit d'un travail collectif impliquant tous les partenaires de l’école.

En effet, ce projet n’aurait pu être mené à son terme sans le soutien moral, sans le soutien financier, sans la participation active des parents d'élèves.

le soutien moral des représentants des parents d’élèves, merci Mme Bardassier (présidente de la P.E.E.P.), merci M. Monnier  (président de la F.C.P.E.), merci Mme Tchikladze, merci M. Pujol.

le soutien financier des parents d’élèves, merci Mme Hartlieb, (Présidente du Comité des Fêtes), sans le soutien financier très important du Comité (la Mairie finance 2/3, le Comité 1/3) cette fresque n’existerait pas. (Des cartes postales, des sacs, des T shirts ont été créés par le Comité et vous seront proposés à l’issue de cette cérémonie).

la participation active des parents d’élèves, ce projet n’aurait pu être mené à son terme sans la mobilisation et la participation très active de nombreux parents et grands-parents d’élèves (dont certains très assidus, très fidèles et très compétents). Chaque jour, pendant 3 mois, ils sont venus... chaque jour, juchés sur des bancs ou des escabeaux pas très stables, ils ont tiré des traits, ils ont gommé, ils ont essuyé, ils ont corrigé... mais surtout, avec beaucoup de patience, ils ont encadré les enfants et leur ont tenu la main... Certains sont venus seulement une heure, certains ont pris spécialement pour l’occasion une demi-journée de congé, certains sont venus presque tous les jours, tous ont mis dans la bonne humeur beaucoup de coeur à l’ouvrage.  Merci à tous, merci à toutes. 

Mais surtout,

ce projet n’aurait pu être mené à son terme, M. le Maire, sans notre intervenante, Madame Martine Burianne, qui a consacré beaucoup beaucoup d’heures à ce mur (toute la journée, à 6 h du matin, le dimanche, le soir...), qui a dirigé les travaux avec un enthousiasme, un optimisme permanents, communicatifs et entraînants.

Félicitations Mme Burianne. Le résultat que nous allons bientôt découvrir témoigne de votre grande compétence.

Mais surtout, surtout, surtout...

ce projet n’aurait pu être mené à son terme, Mesdames Messieurs, sans les 280 artistes assis devant nous. Cette très belle fresque que nous allons inaugurer dans quelques secondes, ce sont eux qui l’ont dessinée et ce sont eux qui l’ont peinte. CHACUN en a dessiné et peint un morceau et tous les dessins ont été imaginés par eux sur le thème des 80 ans de l’école.

Nous n’allons pas lever le rideau, mais le baisser, comme au temps des romains, après les trois coups, comme au théâtre...

Musique : "Ainsi parlait Zarathustra" de Richard Strauss

Caluire, 1er juillet 2013, Michel Barbe



M. le Premier adjoint au Maire écrit l'heure de l'inauguration sur la fresque
(sur l'Horloge parlante qui fête aussi ses 80 ans en 2013).



cliquer sur Maquette de la Fresque 2013

cliquer sur Images de la Fresque 2013



Martine Burianne, notre artiste en résidence,
commente la Fresque

Pour les 80 ans de l'école, onze tableaux illustrent différences et ressemblances des modes de vie entre 1933 et 2013, perçus et traduits par les enfants et leurs dessins. Chaque tableau développe un aspect particulier de l’univers quotidien proche des enfants d’autrefois et de ceux d'aujourd'hui. Sur chacun d'entre eux, on peut lire les onomatopées utilisées dans les années 30, agrémentées de quelques clins d'oeil à des personnages de bandes dessinées, encore d’actualité.

Le premier tableau présente la monnaie avec la représentation d’anciennes pièces en francs mais aussi en euros, ainsi que l'évolution des transports, de la locomotive au TGV. Quatre petites échalotes illustrent l'expression en vogue en 1933 "C'est la course à l'échalote".

Vient ensuite sur le second tableau une représentation des anciens métiers souvent oubliés, tels le rémouleur, le rempailleur, le réparateur de vaisselle, le cardeur, le matelassier, le chiffonnier.

1933, écrit à la façon des années 30, c'est l'année de sortie du film King-Kong que l'on aperçoit sur le troisième tableau, perché sur un gratte-ciel en dessous des timbres d'hier et d'aujourd'hui avec un hommage à l'aéropostale. Les anciens tacots, les « tractions d’avant » et les vieux coucous sont là également.

En tableau central, 2013, avec une typographie actuelle, et deux belles illustrations de l’école, entourées d’écoliers et de leur matériel scolaire : plumier, encrier, sac à dos… Signe des temps, les enveloppes gommées ont fait place aux recyclables sur ce quatrième tableau.

Sur la fresque, les horloges, montres à gousset et pendules sont très présentes, symbole du temps qui passe. Sur le cinquième tableau, on voit celle qui annonçait : « Au quatrième top il sera exactement… » l’horloge parlante, créée il y a 80 ans, tout comme l’école Jean Jaurès. Les écoliers sages et moins sages se côtoient. Des prénoms sont écrits à la plume, en lettres majuscules. Les jeux d’osselets, de billes et les échasses sont toujours d’actualité.

Le sixième tableau présente les modes de consommation actuels et des produits que les enfants de 1933 consommaient déjà, sans les citer, quelques célèbres marques de fromage, de pâtes, de thé… ainsi que les modes de communication d’antan, vieux téléphones, moulins à café.

Le septième tableau illustre le quotidien actuel des enfants, télévision, ordinateurs, consoles de jeux vidéos, jouets, sièges baquet et canapés suédois, avec les premières machines à écrire et l’éternel boulier.

Le huitième tableau présente la mode des années folles, les affiches ventant les croisières avec d’énormes paquebots, les ornements floraux, les parfums, la sortie de "Vol de Nuit" en hommage à Saint Exupéry, le gramophone, mais aussi, les baskets et la fermeture éclair !

Tableau neuf, la rue et les citadins en 1933, avec les anciens bus, les réverbères, les poussettes, et les culottes courtes.

Le dernier tableau, situé prés de la rue, reprend la perception de l’urbanité par les enfants, avec le métro, le vélo’v, les immeubles. La vieille dame à côté du jeune footballeur est née en 1933. L’accessibilité est présente également.

Une fois de plus, le lien intergénérationnel a fonctionné pour magnifier cette réalisation. Et pour tracer le cerne qui fait ressortir, qui unit et égalise les dessins de tous, mon pinceau a parcouru plus de 3 km ! 




Présents le 17 octobre 2003 et le 1er juillet 2013


Bruno Papet et ses soeurs

un ancien élève célèbre

cliquer sur

http://www.ecolejeanjaurescaluire.asso.fr/LIVREOR/papet.htm

Marcelle Duchassin, élève en 1931, voisine de l'école en 2013

Les Instituteurs de 2013 et d'avant,

les intervenants, les surveillants, les élus, l'inspectrice, la conseillère...

  Mention d'Honneur  

Les vedettes

  Mention d'Honneur  

La Présidente du Comité des Fêtes, l'Artiste et la Vice-Présidente

  Mention d'Honneur  

Le Progrès du 3 juillet 2013

Photos et article : Emmanuelle BABE (ancienne élève de l'école Jacquard / Application Lyon 4)


Affiche originale 1er octobre 1933 recto ET verso

Don de Melle Marcelle Duchassin 29 juin 2013

 

Carte postale de 1934 recto et verso

Don de M. Jean-Paul Pujol le 17 juin 2013



RETOUR