RETOUR  

 

 

Jean Jau, Jadis...


Qu’il est doux de penser parfois au temps jadis;
J’étais déjà, c’est vrai, un très vieil édifice
Quand son père sur mes bancs usait ses pantalons,
Et criait à tue-tête lors des récréations.

J’étalais mes grands bras, comme par protection,
Sous une aile les filles, sous l’autre les garçons;
Au sein de mes entrailles, protégeant les plus frêles,
Je cachais les petits de l’école maternelle.

Chacun avait sa cour, chacun avait ses jeux;
Les mélanges, à l’époque, n’étaient pas très heureux.
Beaucoup d’encre a coulé du fond des encriers
Sous les plumes et buvards rangés dans les plumiers.

Mais le temps change tout, le train ne siffle plus,
L’heure est à la mixité et la plume a vécu.
La cantine est venue nourrir ces affamés;
Seuls les cris sont les mêmes dans la cour de récré.

Combien d’institutrices, combien d’instituteurs,
Ai-je vu défiler, combien de directeurs?
Combien d’enfants enfin cherchant leur destinée
Et dont le point commun est de m’avoir aimée.

Et l’heure de ma retraite n’a pas encore sonné,
Il en reste du monde à faire travailler.
Hier c’était le père, aujourd’hui c’est le fils...
Qu’il est doux de penser parfois au temps jadis.

 

Gilbert Mignot 1997 - Elève, puis Parent d'élèves

Fondateur et premier Président

du Comité des Fêtes de l'école en 1993

 

 

 

RETOUR