Extrait d'un article de presse rendant compte

de l'inauguration du groupe Scolaire Jean-Jaurès

par M. Anatole de Monzie, Ministre de l'Éducation Nationale, le 1 octobre 1933.

 

 

M. de Monzie inaugurant à Caluire un groupe scolaire dégage la nécessité de la culture générale

" Lyon, 1er octobre. - M. de Monzie, ministre de l'éducation nationale, a inauguré aujourd'hui le groupe scolaire Jean-Jaurès, à Caluire, près de Lyon. Après une allocution de M. Pellet, maire de Caluire, M. de Monzie a pris la parole et, en termes élevés, a dégagé la haute signification de la cérémonie de ce matin, à laquelle, dit-il, il manque la présence, dont je me réjouissais à l'avance, du président Herriot, retenu loin d'ici par la maladie. S'adressant au maire, le ministre a déclaré:

"Vous avez contribué à refaire la laïcité dans son cadre véritable. Naguère encore on avait bâti des écoles étroites qui portaient pour ainsi dire la marque d'un esprit restrictif, mais maintenant on tend de plus en plus à élever de larges maisons ouvertes à la curiosité humaine, accessibles à tous les enfants du peuple français, et c'est avec joie que l'on constate que les conditions de recrutement se sont heureusement améliorées et que c'est particulièrement là où les résistances étaient plus opiniâtres autrefois".

"Le retour à la qualité peut et doit faire les grands pays. Je crois au qualitatif et je crois qu'il sera de plus en plus nécessaire d'imprégner le travail manuel de connaissances générales qui dominent apparemment le travail matériel".

"Il faut s'efforcer de doter l'enfant d'un savoir de base qui doit être le viatique de toute son existence. Apprendre, oui, mais que conservons-nous de nos études, si ce n'est le goût d'apprendre. Apprendre à lire c'est bien, mais avoir le goût de lire est tout".

"Un devoir s'impose à nous: avoir des écoles aussi belles que la science qu'elles contiennent".

L'éloquent discours du ministre est salué par de longs applaudissements.

 

RETOUR