Chère école,

 

Quand notre cher Gautier quittera tes murs,
En deux mille sept,
Parent d’élève dix-sept ans ! J’atteindrai l’âge mûr.
Saperlipopette !

Tu as accompagné
Durant toutes ces années
Nos trois grands et notre petit…Une sacrée tranche de vie !


Tu le sais, tous parlent de toi comme d’une personne,
Mais rassure-toi, ta réputation est bonne,
On te fréquente oui … mais on te critique,
On t’aime, on te choisit… puis c’est soudain la panique.
Tu leur dis : Rencontrons –nous en toute confiance,
Mais certains préfèrent ruminer leurs sentences.

Ah ! tout ce temps consacré à débattre sur toi,
Mais ne fais pas la fière et surtout méfie-toi,
Dans les radios-trottoirs, on entend tout
Et peut-être… n’importe quoi !
On voit bien que chez toi,
Tout se joue, tout se noue,
Enfin…c’est toujours ce qu’on croit.

Tu as des serviteurs Ô combien fidèles,
Qui pour défendre bien plus que leur citadelle,
Contre ton autorité, parfois se rebellent,
Liberté, Égalité, Fraternité,
On en est loin, c’est vrai, dans la réalité,
Et on te dit : « Encore un effort, peut mieux faire »,
Car avec toi, malgré tout, on espère.

Tu nous parles d’élitisme républicain
Hélas les parents voient le maître en magicien !
Ne l’est-il pas un peu d’ailleurs ?
L’enfant rentre au cours préparatoire,
Et quelques mois plus tard, c’est la victoire,
Lire, écrire, compter, il se croit le meilleur !


De combien d’histoires,
Restera chargée notre mémoire ?
Combien de secrets, d’émotions, de passions,
Prennent leur source dans les récréations ?

Merci Jean-Jau, Merci,  car en ouvrant mon coeur
Tu as, c’est sûr, nourri mon enfant intérieur,
L’enfance, dit-on, est le puits de l’âme
Et toi, chère école, tu en es un sésame.

 

Michèle Martin   octobre 2003

Représentant P.E.E.P. des Parents d'élèves

 

 RETOUR