RETOUR

A l'École Normale d'Instituteurs
(disparue en 1991)

A l'Institut Universitaire
de Formation des Maîtres
(disparu en 2010)

A l'Ecole Supérieure du Professorat et de l'Education
(née à la Rentrée 2013)

Ecole Jean-Jaurès

1, place Jules-Ferry

69300 Caluire-et-Cuire

 

Tél./Fax : 04 78 29 58 58 jeanjaures@pplication

USA-waving[1]_1.gif

 Good teaching is one-fourth preparation and three-fourths pure theatre.

Gail Kathleen Godwin

Gail Kathleen Godwin (born June 18, 1937) is an American novelist and short story writer.
Godwin lives and writes in
Woodstock, New York.



« On n'enseigne pas ce que l'on veut ; je dirais même que l'on n'enseigne pas ce que l'on sait ou ce que l'on croit savoir :
on n'enseigne et on ne peut enseigner que ce que l'on est. »
Jean Jaurès

(L'Esprit du socialisme, Idéalisme et Matérialisme dans la conception de l'histoire - Pour la laïque - P.U.F.)

Celui qui vous dit qu’il existe une vérité pédagogique ne vous dit pas la vérité.
M.B. 28-8-15 Collège Césaire Vaulx en Velin 9h-12h15 à 105 PES



Constructivisme ou enseignement explicite ?

Des études font apparaître une forte prépondérance de « l'effet-maître » sur la réussite des élèves. Elles déconseillent fortement les pratiques qui négligeraient la part de cet effet. En premier chef, les pratiques de types socioconstructivistes.

http://www.cahiers-pedagogiques.com/Constructivisme-ou-enseignement-explicite

*

"C'est le Maître qui est l'Ecole. Avoir de bons maîtres ! Le reste... il n'y a pas de reste. Vous êtes chargés de la lourde responsabilité de l'enseignement populaire en France ? Votre devoir est tout tracé; vous n'en avez qu'un seul, mais redoutable : choisir des hommes ! Le jour où vous serez sûrs que votre recrutement est bon... soyez tranquilles sur vous-mêmes et sur l'avenir du pays; et si ce jour-là on peut entasser en un monceau les règlements, les circulaires, les comptes-rendus de quinzaine et de trimestre, qu'on en fasse un feu de joie !" Jules SIMON, L'école, 1865... cité par des Inspecteurs Généraux de l'Education Nationale dans leur Rapport sur la "Formation initiale et continue des Maîtres", remis au Ministre de l'Education Nationale, en Février 2003.

*

L’école de demain, cela reste en premier lieu "l’enseignant". Malgré les promesses de cours en ligne révolutionnaires, l’impact de ces enseignements au niveau mondial reste modeste. Pour l’heure, les grandes tentatives menées pour numériser l’enseignement sont plus ou moins des échecs. On voit bien que, finalement, ce qui compte ce n’est pas le médium, la technologie, mais la relation humaine entre l'enseignant et l’élève ou l'étudiant. Cela demeurera ; j’y crois profondément.

En revanche, plus que jamais, l’école doit ouvrir au monde, inviter les jeunes à se frotter à des projets divers, à voyager. Il faudrait généraliser les initiatives de type Erasmus, envoyer systématiquement les étudiants suivre des stages ou des cours dans des environnements différents de ceux auxquels ils sont accoutumés. (...) L’Europe est une école, une opportunité de formation extraordinaire et le simple fait de voyager dans des cultures, des systèmes différents est un apprentissage incomparable.

Cédric Villani, Médaille Fields en 2010 et directeur de l’Institut Henri-Poincaré, à Paris.
Le Monde 3-1-2017


La scientopédagogie (2010)

En voyant la foule de gens, Jésus alla sur la montagne. Et lorsqu’il fut assis, les douze apôtres vinrent à lui. Il leva les yeux sur ses disciples et dit :

« Bienheureux les pauvres en esprit car le royaume des cieux leur appartient. Bienheureux ceux qui souffrent car ils seront consolés. Bienheureux les doux car ils possèderont la terre. »

Quand Jésus eut terminé, Simon Pierre dit : « Il fallait écrire ? ».
Puis André demanda : « Est-ce qu’on doit apprendre tout ça ? ».
Philippe ajouta : « Par cœur ?!! ».
Jean dit : « J’ai pas de feuille »
et Jacques ajouta : « Moi, je n'ai plus d'encre dans mon stylo ! ».
Inquiet, Barthélemy demanda : « Il y aura interro ? ».
Et Marc dit : « Comment ça s'écrit "bienheureux" ? ».
Mathieu se leva et quitta la montagne sans attendre en disant : « Je peux aller aux toilettes ? ».
Simon interrogea : « Quand est-ce qu’on mange ? »
Et Judas dit enfin : « Vous avez dit quoi après "pauvres" ? »

Alors un grand prêtre du temple s’approcha de Jésus et dit : « Quelle était ta problématique de départ ? Quels étaient tes objectifs transversaux ? A quelle compétence faisais-tu appel ? Pourquoi ne pas avoir mis les apôtres en activité de groupe ? Pourquoi cette pédagogie frontale ? Était-elle la plus appropriée ? ».

Alors Jésus s’assit et pleura.

A l'école du Christ pédagogue :
Comment enseigner à la suite du Maître ?

De Pierre Vianin, François-Xavier Amherdt


Il est démontré qu'un Directeur d'école en charge d'une classe enseigne avec plus d'efficacité qu'un Instituteur n'ayant pas charge de direction car, pressé par le temps, il ne fait pas un spectacle de son enseignement et va donc à l'essentiel, sans perte de temps pour ses élèves. M.B. 17-6-2018


Qu’est-ce qu’une école qui fonctionne bien ?

Voici ce qu’on a observé dans les écoles qui fonctionnent bien :

Tout d’abord, les Instituteurs sont centrés sur le savoir. Ils parlent beaucoup de didactique et sont axés sur les connaissances scolaires.

D’autre part, les Instituteurs sont centrés ensemble sur la tâche à mener, et pas sur le plaisir d’être ensemble. Les relations personnelles entre eux ne sont pas essentielles.

Ils ne mettent pas en avant leurs convenances personnelles. Il existe une réelle solidarité entre les Instituteurs. Il n’y a pas de clans.

Le Directeur a un rôle important et reste longtemps dans l'établissement.

Il existe une organisation démocratique en terme de pédagogie. Il n’y a pas de doctrine. Les Instituteurs restent donc longtemps dans l’établissement.
Cette stabilité est aussi motivée par l'existence d'un véritable projet dans l’école
(c.a.d. d'une véritable direction... par un véritable Directeur qui n'a pas d'autre ambition que l'intérêt de son école).

La règle du jeu de l'école est précise, claire et transparente pour les Parents.

Il existe dans l’école un rapport positif au milieu local.

On a également constaté que les effets extérieurs sont moins importants que l’école sur la réussite des élèves.

Les attentes et le leadership du Maître sont fondamentaux.

D'après Corinne Famelart, Directrice de l'école de Saint-Didier-sous-Riverie (69)

http://ecole.saint.didier.free.fr


 L'effet établissement (L'estafette du GDID - Novembre2010)

Aucune enquête en France n'a été menée sur cet aspect : on ne peut s'appuyer donc que sur des enquêtes menées à l'étranger (Pays-Bas, États-Unis) :

Dans les « écoles qui marchent » on trouve :

Un climat propre à l'école
(calme et discipliné « sans être rigide ») ,

Une aide aux élèves en difficultés,

Un directeur « manager » (une direction « forte »),

Une utilisation utile du budget,

Des attentes sur les performances des élèves,

Une stabilité de l'équipe,

Des évaluations et contrôles fréquents.


 "Je préfère les Maîtres aux Professeurs car j’aime que l’on me montre."

Alexis Grüss


Aldo NAOURI, Pédiatre

http://www.aldonaouri.com/



En tant que Directeur, j'ai repris goût au défi en me fixant comme objectif principal
de faire en sorte que mes collègues puissent travailler en paix. Pas simple ! S.N.E.
22/05/2006

Tel l’Artiste, le Maître d’école a besoin, pour s’exprimer au mieux,
d’être
libéré des contraintes administratives et déchargé des soucis matériels
par un Directeur d’école totalement déchargé de classe. M.B. 4-7-2007
(le Berger de Saint-Laurent) M.B.2020

« Les États n’ont pas d’amis, ils n’ont que des intérêts » Charles de Gaulle

L'autorié ne va pas sans prestige, ni le prestige sans éloignement. Charles de Gaulle

Tout homme qui dirige, qui fait quelque chose, a contre lui ceux qui voudraient faire la même chose,
ceux qui font précisément le contraire et surtout la grande armée des gens d'autant plus sévères qu'ils ne font rien du tout.
Jules Claretie



Le Monde de l'éducation - Décembre 1995


A bonne distance

Les professeurs connaissent bien ce processus, eux qui ne sont respectés de leurs élèves que s'ils n'en adoptent justement pas les comportements, conformément à la représentation que les élèves ont d'un professeur.

En effet, les dominés reconnaissent d'autant mieux la supériorité d'un dominant que ce dernier ne se conduit pas comme eux mais sait s'autocensurer et conserver, en particulier, une aimable et ferme réserve. Celle-ci est nécessaire, non seulement au prestige du dominant qui évite de la sorte le recours bien moins efficace à la force nue, mais aussi, dans le cas de l'injure, parce qu'un individu en position d'autorité n'est pas l'égal de celui qu'il surplombe. Cette position, malgré l'utilité qu'on lui reconnaît, a toujours quelque chose d'oppressant. Se permettre des propos ou des actes humiliants, c'est redoubler le sentiment de domination d'une manière toujours perçue comme outrée et gratuite par le dominé. En outre, il est attendu d'une autorité respectable, et y compris même de ceux qui sèment le désordre, qu'elle contribue à éteindre la violence au lieu de l'alimenter.

Christophe Brun, professeur d'histoire, de géographie et d'éducation civique
(Collège Simone-de-Beauvoir et Lycée Antoine-de-Saint-Exupéry de Créteil)

A propos d'un "Casse toi pauvre C.."

Le Monde 27-2-2008



 "Une fois qu'on a passé les bornes,
 il n'y a plus de limites. "Alphonse Allais


 


 "On me croit sévère et même dur.
 Tant mieux, cela me dispense de l'être."
 Napoléon Bonaparte

Un bon Maître est un Maître qui ne punit jamais ou presque,
non pas parce qu’il se l’interdit,
mais parce qu’il a fait ce qu'il fallait pour ne pas en avoir besoin
. M.B. 14-12-12



"Pourquoi tant de parents se plaignent-ils de ne pas avoir d’autorité ?

Ce qui fonde l’autorité, ce n’est pas la colère, ce n’est pas la claque ou la fessée, c’est la hiérarchie au sein de la famille, et surtout la conscience que l’on a d’elle. Lorsque l’on n’a pas le moindre doute sur son bon droit à exercer l’autorité, lorsque l’on n’est pas dans une entreprise de séduction, cela fonctionne. Tant de parents se livrent à des négociations, à des marchandages avec leurs enfants ! Mais on ne négocie qu’avec un individu qui est à égalité avec soi et un enfant est une personne digne de respect, mais n’est pas notre égal."

Aldo NAOURI (pédiatre)

 

Pourquoi, dans les établissements scolaires, certains adultes ont-ils des problèmes d'autorité ?

Ce qui fonde l’autorité, ce n’est pas la colère, ce n’est pas la claque ou la fessée, c’est la hiérarchie au sein de l'école, et surtout la conscience que l’on a d’elle. Lorsque l’on n’a pas le moindre doute sur son bon droit à exercer l’autorité, lorsque l’on n’est pas dans une entreprise de séduction, cela fonctionne. Certains adultes se livrent à des négociations, à des marchandages avec les élèves ! Mais on ne négocie qu’avec un individu qui est à égalité avec soi et un enfant est une personne digne de respect, mais n’est pas notre égal. 

D'après Aldo NAOURI (pédiatre) 


Comment élever un enfant si l'on s'abaisse à sa hauteur? Aldo NAOURI 3-2-2009  Radiant Caluire  



• Autonomie: Laisser aux enfants trop de liberté et de responsabilité, c'est leur imposer un effort que beaucoup d’entre eux trouvent pénible et même épuisant. Les enfants aiment avoir la sécurité; ils aiment à sentir le soutien d’un cadre rigide de lois morales et même de civilité honnête. Dans la limite d’un tel cadre fermement établi, il y a largement la place pour un entraînement à l‘indépendance et à la responsabilité.” Aldous Huxley

• Evaluation: "La rigueur de la sélection scolaire bénéficie, en premier, aux élèves issus des milieux modestes. En outre la transparence des réseaux scolaires, le caractère explicite des principes de fonctionnement et des critères de sélection avantagent les élèves issus de milieux défavorisés. Il semble que la connaissance claire par les utilisateurs des règles du système éducatif leur permet de saisir les enjeux, de lier les fins et les moyens et de s’engager plus résolument dans la compétition scolaire. Inversement, l’opacité des structures scolaires, le caractère diffus des systèmes sélectifs aggraveraient les difficultés de compréhension et de prévision et augmenteraient les risques d'échec. Rien de tel pour les élèves issus de milieux favorisés et leurs parents, plus habiles à décoder ces règles.” Mohamed Cherkaoui

• Anciens et modernes: “En pédagogie, les anciens schémas sont toujours les bons. Surtout quand le monde change: ils servent de boussole.” Arnaud Upinsky


 

Texte intégral des "Propos sur l'éducation" du philosophe Alain
http://classiques.uqac.ca/classiques/Alain/propos_sur_education/propos_sur_education.html

Texte intégral d'un cours dispensé par le philosophe Alain, intitulé "Pédagogie enfantine"
http://classiques.uqac.ca/classiques/Alain/esquisses_Alain/1_pedagogie_enfantine/pedagogie_enfantine.html

 

Extraits

 

C'est presque tout que de savoir lire. Alain



La punition

"Elle doit coûter à l'élève" Aldo Naouri

 

    

Projet de "Documents d'application des Programmes 1995 de l'Ecole Elémentaire"

Education Civique

Bulletin Officiel de l'Education Nationale - N°7 - 26/8/1999

 Claude Allègre, Ministre de l'Education Nationale, de la recherche et de la technologie

Ségolène Royal, Ministre chargée de l'enseignement scolaire


 Les survivants  Auteur : Serge CONSTANZA (2004)

http://www.latoque.fr/latoque148/page2.148.html

*****

Maurice Thorez, en 1946, secrétaire général du Parti communiste français, vice-président du Conseil et ministre chargé de la Fonction publique, défend sa loi relative au statut général des fonctionnaires (promulguée le 19 octobre 1946) :
"Il est essentiel qu’une notation, largement étalée, exprime la valeur réelle et inégale des agents.
S'agissant de l'avancement en grade, il est possible que le procédé du choix soit de nature à empêcher la sclérose, la routine dont souffre notre administration. Les fonctionnaires les meilleurs, les plus aptes, je dirais les plus dévoués à la cause de la République, sont parfois infériorisés alors que les fonctionnaires médiocres sont assurés d'un avancement égal".


François de Kresz, exilé hongrois, 1974

excusez-moi... excusez-moi... excusez...

To be a shepherd instead of a sheep

 

RETOUR